Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 07:03
La Pinacothèque
Pharaonique !

On était resté avec une dent contre La Pinacothèque qui nous avait massacré l'expo Soutine dans ses sous-sols l'an passé (on en parlait ici).
Le musée se rachète une bonne conduite cette année avec l'expo attendue des Guerriers de Xian.
Tout le monde connait l'armée de terre cuite découverte en 1974 près de la ville de Xi'an, une petite ville de 4 à 5 millions d'habitants au coeur de la Chine, tout au bout de la route de la soie, ... jumelée avec Pau et Québec !
Bien sûr, les quelques statues exposées place de la Madeleine ne peuvent restituer le gigantisme du mausolée de l'empereur Qin Shi Huangdi, et il faut compléter la visite en jetant un oeil sur ces quelques photos.
Mais la visite à La Pinacothèque vaut le petit voyage, à défaut du grand. Surtout (presque) à l'aube un samedi matin après un petit café à la terrasse de Fauchon, pour une visite guidée presque privée.
L'empereur Qin (celui dont la dynastie a donné son nom à la Chine) n'était sans doute qu'un dictateur mégalo, unificateur de l'empire derrière sa première muraille, réputé pour ses autodafés (la pensée des lettrés ne s'accordait pas avec la sienne). Autant dire que l'engouement suscité par son armée de terre cuite dépasse largement ses bienfaits historiques.
À tel point que l'historiographie chinoise avait presque occulté son règne et qu'il aura sans doute fallu, dans les années 70, un autre autocrate mégalo pour que les fouilles reprennent et mettent à jour ces magnifiques statues.
À l'époque de Qin (on est vers 300 avant notre ère), on enterrait les morts avec toutes sortes d'objets utiles ou rituels, histoire que les âmes des défunts ne reviennent pas nous chatouiller les pieds et restent tranquilles et occupées dans l'au-delà.
L'empereur s'est donc fait accompagné de toute une armée forte de plus de 7.000 hommes, chacun d'environ 2 m de haut.
On évalue à plus de 30 ans la durée des travaux et à plus de 700.000 chinois la main d'oeuvre nécessaire.
L'époque a donc vu l'invention du travail à la chaine : les statues d'argile cuite, presque toutes différentes, sont toutes composées à partir de quelques éléments de base. Il n'y a par exemple que 4 ou 5 formes de "mains", qui tournées ici ou là dans un sens ou un autre équiperont tantôt un archer, tantôt un cavalier.
Le site est immense, les fosses multiples et encore peu fouillées. Il faut dire que les statues y sont conservées dans un espace humide qui les préserve : dès qu'elles sortent à l'air libre les couleurs laquées s'évaporent aussitôt au grand dam des archéologues. Depuis 1974 le site donne et donnera encore des dizaines d'années de travaux aux historiens et restaurateurs. On a donc ici quasiment une histoire de la restauration archéologique : depuis la façon dont on traitait une statue en 1974 jusqu'à celle dont on la traite aujourd'hui (en respectant les protocoles internationaux à base de colles souples : la restauration doit désormais être réversible). Sans parler des techniques qui ne manqueront pas d'apparaître dans quelques années et qui permettront d'aller plus loin à Xi'an.
Passionnant.


Pour celles et ceux qui aiment les travaux pharaoniques.
D'autres en parlent
ici ou .

Partager cet article

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Paris
commenter cet article

commentaires

On A Tout Rangé