Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 17:20
D'autres avis sur Critico-Blog
Melting pot.

Après Benjamin Button, voici une autre belle histoire racontée de main de maître au cinéma.

Le maître, c'est LE grand Clint Eastwood.

L'histoire, c'est Gran Torino, non pas celle d'un jeu vidéo, mais celle de la voiture de Clint Eastwood, automobile mythique sortie des usines Ford en 1972.

Clint campe ici Walt Kowalski, un vieux retraité, réac, bougon, aigri, veuf de fraîche date, ronchon, raciste, old school, vétéran de la guerre de Corée, qui entend bien briquer sa bagnole en paix et picoler ses canettes de bières sur sa véranda avec son chien sans qu'on vienne marcher sur ses plates-bandes et sa pelouse.

Malheureusement c'est l'un des rares blancs qui s'inscrustent encore dans ce quartier envahi par les immigrés de tout bord, mexicains ou asiatiques.

Les nouveaux voisins de Walt sont justement des Hmongs (de ceux qui ont fuit Laos après la déconfiture US au Vietnam).
Au début du film, l'ami Clint en fait même presqu'un peu trop dans le registre vieux con.
Mais bien vite le film bascule dans une fable sociale aux dialogues qui font mouche : l'indécrottable raciste se pique au jeu avec la fille de ses voisins, une jeune asiatique qui ne manque pas de répartie, et son jeune frère trop timide que les gangs du quartier voudraient bien embrigader.
De cette histoire plutôt facile et convenue, Clint Eastwood tire finalement un film superbe et plein de finesse sur nos sociétés multi-culturelles d'aujourd'hui, dresse quelques savoureux portraits et accumule les scènes qu'on aurait envie de voir et revoir : la communauté Hmong reconnaissante accumule sur le perron de Walt les offrandes dont il ne sait que faire, Walt rend visite à son ami le coiffeur (un sale con de Rital) avec lequel il rivalise de grossièretés viriles pour faire l'éducation du jeune frère, Walt accepte une invitation au "barbecue" de ces voisins Hmongs et y découvre qu'il y a autre chose que le boeuf dans la vie (les vieilles chinoises lui donnent presque la becquée), Walt  se rend au dispensaire et découvre que les mulsumans indiens et les chinois ont remplacé les bons vieux docteurs, ...
Si le creuset américain avait réussi à fusionner une première fois (je cite :) ces cons de ritals et ces ivrognes de polacks avec ces pédés d'irlandais, il n'en va plus de même aujourd'hui avec les niaquoués ou les portos.
On s'étonnera juste de l'absence des blacks dans ce kaléïdoscope américain.
Mais le propos de Clint Eastwood s'avère plus fin que prévu, plus humain que racial (en clair : il s'entend mieux avec les enfants de ses voisins Hmongs qu'avec ses propres fils, pourtant américains pur sang).
La rivalité entre le vieux Walt et la grand-mère Hmong, chacun campant sur sa véranda, est toute en finesse.
La salle (comble) ne s'y trompe pas qui applaudit pendant le générique de fin.
Pour celles et ceux qui aiment les étrangers et les belles voitures.
D'autres avis sur Critico-Blog.
L'avis de Pascale qu'on partage.

Partager cet article

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Cinoche
commenter cet article

commentaires

manuel du casino en ligne 28/04/2009 11:40

Gran Torino est sans doute un des meilleurs films de 2008/9, mon préféré de Clint Eastwood et le plus émouvant que j'ai déjà vu.

Sébastien 17/03/2009 18:10

Oui j'ai beaucoup aimé ce film (dont je ferai un billet plus tard je pense, juste pour relancer quelques entrées avant la fin, ^^ je plaisante). Je trouve aussi que Clint sert du Clint, et ce n'est pas péjoratif... Il fait une succession de clins d'oeil aux rôles successifs qu'il a interprété, frôlant la caricature ou alors parfois avec beaucoup de finesse et d'émotion. Il y a une scène où il se regarde longuement dans le miroir... Narcissisme ? que nenni ! non plutôt une forme de retour sur soi, sur les rôles qu'il a interprétés, d'introspection sur les messages qu'il a transmis jusqu'ici. Sauf qu'ici le message de fin est complètement nouveau, et inattendu comme le legs d'une vieille voiture de collection, héritage du passé pour construire un avenir autre.J'ai beaucoup aimé ^^ je vais aller dare dare faire mon billet...Et merci pour avoir sélectionné mon billet sur Fante dans votre blogoliste préférée, ca me touche beaucoup. A une prochaine fois.

teresa 01/03/2009 21:31

J'ai vu ce film également... un chef d'oeuvre réalisé avec beaucoup de sensibilité... de finesse effectivement.Cette avant-première a fait salle comble... et ici aussi les spectateurs ont applaudi à la fin... bonne soirée

On A Tout Rangé