Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 19:14
Le site RMN
Andy, dis moi oui

Andy Warhol expose ses portraits au Grand Palais.

On a été enchanté de voir tant de ses sérigraphies réunies en ce lieu, exposées comme il se doit, dans de grands espaces, de grands volumes.

Andy Warhol est un artiste aisément accessible : il se disait lui-même artiste commercial, simple miroir du monde.

Bien sûr on sait que ces répétitions sérigraphiées singeaient la production en masse de la société de consommation émergente en ces années 60.

Bien sûr on sait qu'il singeait l'art commercial faisant lui-même de sa propre production une source de revenus substantiels (on s'arrachait ses portraits à prix d'or) et de son atelier une factory.

Au-delà de cette légende, l'expo du Grand Palais nous fait découvrir un artiste passé maître dans l'art du portrait.

Jouant de cette grossière technique sérigraphique il réussit à tirer la substantifique moelle des visages maquillés : deux yeux, deux lèvres, une chevelure, et nous reconnaissons immédiatement la star de la mode, du show-biz, de la politique, ...

Car Andy Warhol se joue aussi de nos icônes : il sait que nous savons qui est ici portraituré.

Et il explore, il expose, le "Grand monde", c'est le titre de l'expo.

On était prêt à payer le prix fort pour se faire tirer le portrait et bien au-delà du monde du show-biz,  tout "le Monde" y est passé, le Grand monde des affaires (Giovanni Agnelli ou la baronne Von Thyssen, ...), le Grand monde de l'art (Roy Lichtenstein, Rauschenberg, ...), le Grand monde de la mode (Sonia Rykiel, Armani, ...), le Grand monde de la politique (le Shah d'Iran, Mao, ...), le Grand monde tout court (Diana, Caroline, ...), ...

C'est un portrait de notre société que vise l'artiste comme en témoigne cette première salle où sont réunis très symboliquement les icônes éternelles (Mona Lisa, Jacky, Marylin), l'américain moyen (l'homme inconnu) et un repris de justice (portrait anthropomorphique).

Au fil de ces grandes salles et de ces nombreux portraits, on est peu à peu touché par l'humanité que cachent ces jeux de couleurs, cette quête de la répétition quantitative, comme si Andy Warhol cherchait ce qu'il y a de vrai derrière les regards de nos stars, ce qui se cache sous la surface, sous la surface des visages et la surface des peintures ou des photos, comme en témoignent ces "crânes" qu'il surimprime, lui qui ... se sera fait refaire le nez.

Lui qui aura réussi à faire d'un épi de cheveux teints en blanc une nouvelle icône : la sienne ! Bravo l'artiste !

L'un des derniers portraits de l'expo est celui de Madame Bilotti et sa fille : s'il n'est pas l'un des plus beaux, ni l'un des spectaculaires, c'est peut-être l'un des plus justes.

Au fil d'étoiles, notre teenageuse à peine sortie de sa période Guerre froide, a flashé pour Willy Brandt.

MAM, elle, aura fantasmé sur Gunther Sachs.

Et BMR est bien évidemment resté baba devant Debbie Harry, la chanteuse de Blondie.


Pour celles et ceux qui aiment les regards.
C'est jusqu'au 13 juillet au Grand Palais.
C'est aussi dans la Boîte à sorties.

Partager cet article

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Paris
commenter cet article

commentaires

On A Tout Rangé