Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 07:48
Le poème de William Ernest Henley
Je suis le capitaine de mon âme. 

Invictus est un poème de William Ernest Henley (1), le poème préféré de Nelson Mandela.
Dans son dernier film, Clint Eastwood nous raconte un épisode fondateur de la nation arc-en-ciel : en 1995, l'Afrique du Sud organise la coupe du monde de rugby et Mandela saisit cette occasion pour rendre un peu de cohésion à son pays en le mobilisant derrière l'équipe des Springboks (2).
C'est Matt Damon qui endosse le maillot du capitaine de l'équipe (François Pienaar, un afrikaaner on ne peut plus standard, donc raciste).
Et c'est Morgan Freeman (3) qui incarne (c'est le mot) Madiba, leader inspiré.
Bien sûr on peut critiquer le parti pris de Clint Eastwood qui prend soin de gommer tout élément polémique sur Mandela ou cette victoire de l'Afrique du Sud.
Même si le film est parsemé de scènes où affleure la tension qui sépare les sud-africains en deux couleurs de peau.
Mais sans prétendre filmer un reportage, Clint Eastwood nous raconte une histoire.
Il nous raconte le rêve de Nelson Mandela qui réussit le temps de quelques matches à rassembler 42 millions de sud-africains derrière une seule bannière, celle vert et or des Springboks, un drapeau symbole jusqu'ici de la suprématie blanche et de l'apartheid et que les noirs (80% du pays) sifflaient depuis tant d'années.
C'est pour ce rêve d'unité retrouvée que certains vont dans les stades et que l'on peut également aller au cinéma.
Ce rêve que semble vouloir prolonger les spectateurs lorsque toute la salle reste assise pendant le générique de fin ...
Un film plein de bon sentiments et d'émotions (la séquence où les Springboks font la tournée des townships et apprennent le rugby aux gosses est très forte ...) où l'on peut rêver d'un monde où le racisme ne serait plus qu'un mauvais souvenir (c'était d'ailleurs aussi un peu le sujet de Gran Torino).
Accessoirement, Clint Eastwood nous prouve, une fois de plus, qu'à 80 ans il est encore l'un des meilleurs de nos cinéastes : on connait la fin de l'histoire, on connait le score du match de finale, on a même peut-être déjà vu à la télé le drop décisif ... mais on est scotché à son siège, le ventre noué, vont-ils marquer ? vont-ils tenir les prolongations ? vont-ils gagner ? Ouuuiiiiiiiiiii !
Après le football de Ken Loach, on va finir par être accros aux matches ! 
_________
(1) : un poète de la fin du XIXème, atteint d'une tuberculose osseuse ; il fut amputé d'un pied et écrivit ce poème depuis son lit d'hôpital.
(2) :
rappelons nous la victoire des bleus en 1998 et le profit (involontaire, lui) qu'en tira Chirac à l'époque.
(3) : un très beau rôle pour Morgan Freeman, déjà dirigé par Clint dans Million dollar baby, un autre film sur fond de sport ... Nelson Mandela avait choisi lui-même Morgan Freeman pour le représenter à l'écran et Morgan Freeman avait acheté les droits du livre du journaliste John Carlin, qu'il a proposé à Clint Eastwood de mettre en images.

Pour celles et ceux qui aiment le sport.
Pascale est fan de Clint, Zirko a bien aimé, Rob est plus critique.

Partager cet article

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Cinoche
commenter cet article

commentaires

S.L. 07/02/2010 19:44


Un bon film plein de bons sentiments, c'est vrai, avec cette idée de la fonction du sport comme catalyseur et comme dérivatif. Mais ce n'est pas du grand Clint Eastwood, à mon sens.


kilucru 27/01/2010 01:02


Pour une fois je mettrai l'acteur en vedette. Une présence monumentale, comme l'était alors Mandela..
Certes le réalisateur travaille bien, notamment sur les séquences sportives aux ralentis incroyables, mais Morgan Freeman gagne ce film haut la main, quand on imagine l'importance qu'il y
attachait, ce n'est que justice.
Et puis Eastwood lui doit bien cela ;o)
à+


zirko 25/01/2010 11:41


Il est vrai que ce film est un grand moment ! Un Clint comme on l'aime.
Vivement la sortie en vidéo pour revoir ce film ! 


alain 25/01/2010 10:16


Pas encore vu. J'aimerai le voir en VO..


Anjelica 25/01/2010 09:35


Ma fille l'a vu mais pas encore les parents. Il faut absolument que nous y allions !


On A Tout Rangé