Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 08:07

Pop&Film en parle


L'amour à la machine.

Comédie romantique ou conte de Noël, voici Populaire de Régis Poinsard(1) avec Romain Duris (qui joue Romain Duris) et surtout l'éclatante, la ravissante, la charmante, la [stop] ... Déborah François qui joue une sympathique jeune femme de province (papa est épicier dans un bled à côté de Lisieux(2), c'est dire ...) qui ne rêve, comme toutes les jeunes filles de 1959, que de devenir “moderne”.

Telle Cendrillon, la jeune Déborah Fançois va être repérée par le prince charmant qui saura détecter en elle une maladresse notoire pour les tâches de secrétariat et une adresse vertigineuse pour taper à la machine.

Ce Pygmalion va tenter d'en faire une championne puisque, bien avant la Formule I, les firmes concurrentes (le franc-comtois Japy, l'américain IBM) se faisaient la course pour doper leurs ventes de machines.

Alors qu'est-ce qui fait le charme irrésistible de ce film (à part Déborah François) ?

Ce n'est peut-être pas le contexte historico-économique de ces machines, avant-garde de l'armée de claviers qui a désormais envahi notre quotidien(3).

Ce n'est peut-être pas la nostalgie de la fin des années 50(4).

Ce n'est peut-être pas l'histoire d'amour entre la gentille secrétaire et l'assureur prétentieux.

Mais c'est assurément la fraîcheur et la simplicité du film, de son histoire, de son actrice, et l'intelligente et charmante auto-dérision qui baigne tout cela(5) : on sourit (et on rit) du début à la fin, emporté par le rythme, l'effronterie ingénue de Déborah François ... et la course folle des touches de ces merveilleuses machines à écrire ...

_______________________________________

C'est aussi un film pour tous les parents qui vivent dans l'angoisse et la crainte de voir leur prochain nouveau-né apparaître avec des pouces hypertrophiés, préfigurant ainsi la future race des Blackberrius Hominus : en effet, le film montre dans les années 60, les derniers Homo Sapiens se peindre les ongles de différentes couleurs assorties à celles du clavier, pour apprendre à taper plus vite. Mais la génétique et l'histoire auront bientôt raison de ces vaines et dérisoires tentatives de survie.

_______________________________________

(1) - dont c'est le premier film !

(2) - seul événement notable depuis sainte Thérèse : le débarquement américain ...

(3) - évidemment, MAM & BMR ont grandi avec ces machines, bientôt dépassées par la race supérieure des machines IBM à boule avant que ne surviennent les Olivetti à écran et mémoire. Mais tout cela c'était bien avant le terminator et le traitement de texte.

(4) - même si on a joué à reconnaître les objets ou les meubles : ô tiens, là, la cocotte jaune sur la table, j'ai eu la même !

(5) - à commencer par le titre du film


Pour celles et ceux qui aiment les années 60.

Partager cet article

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Cinoche
commenter cet article

commentaires

On A Tout Rangé