Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 07:28
Le site du Comédia
  L'amour travesti ou la comédie avec contrefaçon. 

Un bouffon sur l'affiche, un théâtre de boulevard, une mise en scène vaudevillesque de Nicolas Briançon, on se croirait très loin du théâtre élisabéthain pour cette Nuit des rois (Twelfth night, la douzième nuit des fêtes de l'Épiphanie), une comédie burlesque de maître Shakespeare.
Mais du haut de ses 400 ans, ce texte vous enchante encore, revivifié par une nouvelle traduction de Jean-Michel Désprat.
Le spectacle est complet : théâtre bien sûr, décor simple mais astucieux, escrime, musiques, chansons et même numéros de gigue.
Au-dessus de la joyeuse mélée (ils sont une bonne douzaine sur scène) on retrouve la très belle Chloé Lambert, la pétulante Émilie Cazenave, le chantant Arié Elmaleh (le frère de Gad) et surtout, surtout, la fraîche et lumineuse Sara Giraudeau (la fille de Bernard et d'Anny Duperey) qui du haut de ses vingt-quatre ans assure une présence extraordinaire sur scène. Tous dominent vraiment leur texte (pas toujours facile) et c'est un plaisir de les voir jouer aussi bien.
Mais au-delà de ces très bons moments de théâtre (et d'amusement) c'est aussi l'occasion de rédecouvrir attentivement le texte très incorrect de cette Nuit des rois, nuit de carnaval, nuit des travestissements et des transgressions.
Deux jumeaux (Viola la fille, Sébastien le garçon) échouent d'un naufrage dans une nouvelle contrée. Ils sont séparés et ignorent chacun que l'autre a survécu.
Viola, la fille, se travestit en jeune homme et se fait embaucher comme page à la cour du duc (où tous les pages sont des jeunes femmes travesties et où les chevaliers sont en kilt  !).
Le duc se pâme d'amour à sens unique pour la comtesse voisine. Viola se pâme d'amour en secret pour le beau duc.
Le duc envoie son page auprès de la comtesse pour plaider sa cause qui semble bien désespérée.
Et la comtesse, à son tour, de se pâmer d'amour pour le beau jeune homme ... qui est donc une jeune fille.
Tout rebascule lorsque le frère de jumeau de Viola réapparait ... sous les mêmes traits que la jeune fille qui s'était travestie en garçon !
Le site du ComédiaThéâtre dans le théâtre : je ne joue pas ce que je suis ...
(À l'époque de Shakespeare tous les rôles féminins étaient joués par des hommes - on retrouve là un peu le même sel épicé des Femmes savantes dont on parlé il y a peu).
Toute une clique de joyeux bouffons, véritables "fous du roi", viennent égayer la pièce et remettre la folie du côté des humains et la sagesse du côté des fous.
Ici, Shakespeare se définit lui-même comme un corrupteur de mots.
Une joyeuse troupe de très bons comédiens pour un texte plein d'esprit.

Pour celles et ceux qui aiment les beaux jeunes hommes.
C'est jusqu'au 3 janvier au théâtre Comedia.

Critikator en parle, l'eboule et Culturofil aussi.

Partager cet article

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article

commentaires

Utopie 25/12/2009 17:29


Un bouffon sur l'affiche, un théâtre de boulevard, une mise en scène veaudevillesque ...

Ah ah rendez le veau à Perrette qui l'a perdu en trébuchant sur quelques mots de La Fontaine et elle vous remerciera et peut-être Boileau aussi


D’un trait de ce poème en bons mots si fertile,


Le Français, né malin, forma le vaudeville :


Agréable indiscret, qui, conduit par le chant,


Passe de bouche en bouche et s’accroît en marchant.

;)



BMR 02/01/2010 20:55



Ah, merci au Commandant Cuistot de nous reprendre ici et de nous rappeler que nous avions mis un oeuf en trop dans la recette de la seauce au vau de ville.



On A Tout Rangé