Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 07:31
Le site du metteur en scène
Boulevard des italiens. 

C'est Clémentine Célarié (il n'en fallait pas plus pour nous attirer !) qui joue les Serva Amorosa au théâtre Hébertot, dans une mise en scène de Christophe Lidon.
Du haut de ses 84 ans (!!!), Robert Hirsch campe magistralement (ah, la scène du jeu de cartes !) Ottavio, le vieux bougon retombé en enfance et en amour : il a épousé en secondes noces l'intrigante Béatrice (Claire Nadeau) moins attirée par sa richesse intérieure que par ses richesses tout court. La servante Coraline (Clémentine Célarié donc) mène toute l'histoire et tout son petit monde à la baguette, rabiboche qui doit aller avec qui, et tout est bien qui finit bien.
Dans le Vérone de Carlo Goldoni, les servantes sont priées de rester à leur place et de ne pas s'amouracher du fils de leur maître : chacun selon sa condition, c'est là, en 1752, le secret d'un monde paisible. Même si dans ce monde (mais ça c'est éternel), ce sont les femmes qui mènent les hommes par le bout du nez.
Goldoni est souvent comparé à Molière (qu'il admirait parait-il) mais, après avoir vu Les femmes savantes il y a quelques jours (avec certains échos entre les deux textes sur la place de la femme dans la société), on doit bien admettre que, cent ans plus tôt, Jean-Baptiste Poquelin était beaucoup plus incisif, satirique, mordant.
Reste avec Goldoni, le pur plaisir de la comédie et du rire : dans un décor astucieux à plusieurs niveaux mettant en scène les différentes maisonnées de la ville, toute la troupe, très homogène, se régale et nous régale, emmenée tambour battant par une Clémentine Célarié touchante et un Robert Hirsch ahurissant.
Et cette fois avantage à Goldoni, la langue de l'italien s'avère étonnament moderne et agréable.

Pour celles et ceux qui aiment les veaudevilles.
Le Figaro en parle, l'Italie à Paris aussi.

Partager cet article

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article

commentaires

On A Tout Rangé