Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 20:52

Un détail de l'Histoire.

Incursion frileuse au Théâtre de la Bastille et dans ce qu'on appelait autrefois le théâtre d'avant-garde.
Voici Sauve qui peut (pas mal comme titre), une pièce à sketches adaptée des Dramuscules de Thomas Bernhard et jouée ici par une troupe belge tg San.

Le mélange est détonnant et il faut retenir les noms des deux.
De l'autrichien Thomas Bernhard, troublion provocateur, on goûte l'art de relever dans les dialogues les plus quotidiens les relents de racisme ou de fascisme les plus honteux. Ces bons bourgeois qui finalement regrettent un peu le bon temps où la police tenait la rue et savait tirer dans le tas, dans cette racaille, qu'il s'agisse désormais des étudiants ou des turcs, voire des yougoslaves.
[...] Finalement, les juifs, bla bla bla, bla bla bla, c'était quand même pas si terrible que ça dans les camps. Hein ? Dans les petits camps. Les petits camps.
Du trio belge tg Stan, on déguste l'art de mettre en parole les mots.
Une maîtrise parfaite de la diction. Un travail essentiel et stupéfiant sur le texte.
Un art consommé de ciseler les mots, de rechercher ceux qui font mal et de les ramener de loin, de les remonter à la surface du dialogue, de vous les répéter en pleine figure jusqu'à ce qu'on comprenne l'intégralité et la puissance de leur pouvoir maléfique.
On est littéralement suspendus aux lèvres de ces trois-là et notamment de Jolente de Keersmaeker.
Entre chaque saynète, quelques pitreries : on s'y déshabille et se rhabille, comme pour mettre à nu puis déguiser l'horreur de ces gens-là.
Le texte dit est si bien dit qu'on les trouve parfois un peu longuets ces intermèdes, oui mais c'est peut-être la condition nécessaire pour décompresser, respirer un peu d'air et d'humour avant de repartir, impatient et concentré, pour le texte suivant.
Ces rares textes (parfois inégaux mais au moins trois sur cinq valent à eux seuls le déplacement) ont un petit goût de trop peu.
Je ne sais pas si on aura l'occasion de retourner au théâtre de la Bastille mais ce qui est sûr, c'est qu'on essaiera de ne pas manquer le prochain spectacle de tg Stan.


Pour celles et ceux qui aiment se faire secouer les neurones.
L'avis de Théâtre On Line.
Le spectacle est en tournée : à Toulouse fin janvier, à Lyon début février.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 08:28

Et une autre Guinness, une !

Il y a quelques semaines (mais c'était déjà l'an passé), on avait bien aimé (BMR surtout) Ken Bruen et Delirium Tremens, alors on s'était promis de retourner en Irlande avec son ivrogne de détective : Jack Taylor.
Cette fois c'est Toxic Blues.
Et le bouquin porte bien son titre car, non content d'être imbibé d'alcool à longueur de pages, Jack Taylor est cette fois accro aux drogues dures.
Sans doute avons-nous lu cette deuxième enquête trop tôt après la première : les vapeurs d'alcool ne s'étaient pas encore dissipées et on avait encore la gueule de bois.
Et du coup on a moins apprécié ce second épisode : l'ami Jack en fait vraiment un peu trop.
Bien sûr on retrouve l'essentiel de Ken Bruen et sa marque de fabrique : une intrigue très mince mais bien ancrée dans son Irlande à lui, prétexte à une belle galerie de personnages qui tournent autour de son détective, amateur d'alcools et d'autres substances, de bagarres, de justice rendue un peu n'importe comment, de bouquins et de musique.
[...] Je ne savais pas du tout comment avoir Ronald Bryson.  Le buter était la solution la plus séduisante. Mais pour ça, il me fallait une putain de preuve. Bien sûr, je pouvais toujours dire une prière, mais je ne m'y fiais pas beaucoup. Quel que soit le cours des choses, je ne croyais pas du tout que la religion m'aiderait à coincer ce fumier. Alors j'ai fait ce que je fais quand je suis dans une impasse : j'ai lu. Appelez ça une fuite, si vous voulez. Moi, j'appelle ça la paix.
L'enquête tourne autour des tinkers (littéralement, les rétameurs), qui sont un peu à l'Irlande ce que sont les gitans au continent : des gens du voyage (même s'ils sont irlandais pure souche), anciens colporteurs, anciens métayers, expulsés et rejetés de partout, et qui, cette année à Galway semblent assassinés un peu plus souvent qu'à leur tour ...
Jean-Marc Lahérerre parle du dernier bouquin de Ken Bruen, Le dramaturge (Télérama aussi), où l'ami Jack semble s'être un peu assagi : peut-être tenterons nous un autre voyage à Galway un peu plus tard.
Mais que cela ne vous empêche pas de découvrir l'Irlande de Jack Taylor avec le volume précédent : Delirium Tremens.

Pour celles et ceux qui aiment la bière, le whiskey et cette fois, la coke.
D'autres avis comme celui de Gachucha sur Critiques libres.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Bouquin
commenter cet article
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 06:22
Cliquer pour une planche de la BD
Une profession réhabilitée.

Il y a un an déjà, on avait cru la série terminée avec le 5ème album de Luc Jacamon : Le tueur.
La série nous avait beaucoup plu et avait même eu droit à une place sur le podium du best of 2006.
Aimable surprise que ce nouvel album : Modus vivendi, où Le Tueur reprend du service après une longue absence ...
... pendant que Le Tueur se la coulait douce sur son île des Caraïbes avec femme et enfant, jusqu'à ce que des narcos viennent le narguer.
[...] La vérité c'est que quatre ans sans rien faire, c'est bien, mais ça finit par être long. Faut croire que j'étais un peu jeune, finalement, pour la préretraite.
Bien sûr ce 6ème épisode a un petit goût de réchauffé, mais les accros de la série replongeront avec délices aux côtés de ce méticuleux professionnel.
On apprécie toujours cette BD au graphisme original, moderne et nerveux mais où les textes à eux seuls valent le détour (l'utilisation de la «voix off» permet en effet une plus grande liberté d'écriture que les bulles de dialogue classiques).

Pour celles et ceux qui aiment les gentils bandits.
D'autres avis sur Amazon.

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans BD bulles
commenter cet article
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 06:33
Sur Critico-Blog
Le livre de la jungle.

Au passage saluons la programmation de notre ciné préféré, Les 7 Parnassiens, qui ce week-end a dû voir commencer l'année 2008 en couleurs car de longues files d'attente se pressaient dans une ambiance bon enfant samedi et dimanche pour voir les nombreux coups de coeur de la rentrée : La visite de la fanfare, California Dreamin', Ken Loach, La graine et le mulet, ...
Longue vie à ces petits cinés (et aux grands films qu'ils diffusent) !
Et jetez donc un oeil sur la programmation d'un Pathé ou d'un Gaumont cette même semaine ...


Dimanche donc ...
À plus de 70 ans, Ken Loach sait encore frapper fort, très fort.
Et plutôt du genre coup de poing dans la gueule.
Avec son dernier film, It’s a free world, on en prend plein la tête : rarement on aura vu un film aussi fort et aussi noir.
La démonstration est brève et sans appel : une jeune femme, exploitée par les valets du capitalisme relève la tête, elle tient absolument à s’en sortir. Super, on est avec elle ! Vas-y ma grande !
Pour élever son jeune fils, pour ne pas finir comme son père, …
... elle deviendra elle-même une exploiteuse pour assurément rendre service à tous ces immigrés qui viennent chercher du boulot à l'ouest, permettant ainsi au patronat de maintenir la pression vers le bas sur les salaires du pays.
Mais au-delà de la démonstration politique ou sociale, toute l’habileté de Ken Loach tient dans la personnalité de son héroïne (et dans la direction de son actrice, Kierston Wareing, crédible à 200%) : une jeune femme a priori charmante, quelqu’un pratiquement comme vous et moi.
Et serions nous vraiment sûr de quoi faire à sa place (si tant est qu'on peut s'imaginer à sa place, assis bien au chaud dans son fauteuil de ciné) ? L’enfer est pavé de bonnes intentions et d’ailleurs la belle se prénomme … Angie !
Yes, the jungle it’s a free world.
Et il ne semble guère y'avoir de lueur d'espoir dans cette libre jungle ...
Le père de l'héroïne (Ken Loach ?) qui parait bien désabusé et désarmé, la copine qui laisse tomber, ...
Une fin ciselée à la seconde près, juste le temps de réaliser ce qui vous arrive, et qui vous laisse assommé sur votre siège, brrrr .... il fait soudain un peu froid dans la libre jungle.
Finalement on aurait peut-être mieux fait d'aller au Gaumont d'à côté ...
Après Le vent se lève déjà apprécié fin 2006, Ken Loach prouve une fois encore qu'il est décidément un grand monsieur et l'on se faisait la réflexion que le ciné n'avait guère engendré d'équivalent, d'autre réalisateur aussi clairement engagé et aussi clairement bon cinéaste. Et si Kenneth Loach à près de 72 printemps semble faire cavalier seul, c'est qu'il est sans doute déjà bien trop tard pour lui voir apparaître un successeur.

Pour celles et ceux qui aiment les belles leçons de politique.
D'autres avis sur Critico-Blog.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Cinoche
commenter cet article
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 06:35
Sur Critico-Blog
US go home.

Pendant la seconde guerre mondiale, les roumains ont attendu les libérateurs américains.
Pendant longtemps. 
En vain car, comme on le sait, ce sont les russes qui sont arrivés les premiers.
De l'Amérique, les roumains n'auront vu que quelques bombes larguées, et sur celles qui n'avaient pas explosé, le sigle « made in California ».
De quoi rêver pendant longtemps (California Dreamin') à ce qu'aurait pu être leur vie s'ils avaient pu échapper à la dictature communiste et à Ceaucescu.
Cinquante ans plus tard, en 1999, voici enfin les Américains : sous l'égide de l'OTAN pendant la guerre du Kosovo, un détachement US convoit du matériel secret et urgent à bord d'un train à travers la Roumanie ...
... du moins jusqu'à la gare de Capalnita, un trou perdu au fin fond de la Roumanie (dans un pli de la carte !), digne du village de Don Camillo.
Un trou perdu sans avenir où les parents éduquent leurs enfants ainsi : si tu peux, va faire tes études à la fac, à Bucarest, mais surtout, ne reviens jamais !
À Capalnita, le chef de gare a coutume de prélever son pourcentage sur les trains de marchandises (histoire de dynamiser un peu l'économie locale) et il entend bien tirer profit du train de l'OTAN ... qu'il parque d'autorité sur une voie de garage en attendant d'hypothétiques paperasses.
De cette situation ubuesque, le réalisateur roumain Cristian Nemescu (décédé depuis) tire un film cocasse, plein de charme, avec une galerie de portraits « pas possibles » : le chef de gare bien sûr, le capitaine américain, le maire du village (le Peppone local), l'orchestre local, les ouvriers de l'usine en faillite, les jeunes filles en fleur immédiatement amoureuses des Marines de passage, ...
Cela nous vaut quelques scènes magiques, bien dignes de figurer dans les annales.
Comme ce moment, au café du village, où une jeune fille du village drague l'un des soldats avec l'aide ... de son petit ami qui est l'un des rares à avoir appris quelques rudiments d'anglais (à l'école de Capalnita, on apprend ... l'espagnol !). Et bien entendu, le petit ami roumain propose une traduction « très personnelle » des propos échangés entre les deux tourtereaux d'un jour et entend bien faire passer ses propres messages !
Ou encore cette longue scène du bal (une fête est bien évidemment donnée au village en l'honneur des hôtes de passage !), toute en subtilité et en humanité, car sous la caméra de Nemescu, le ridicule ne tue jamais.
Mais derrière l'humour délicieux et l'ironie savoureuse, pointe régulièrement le drame et l'on rit jaune, souvent mal à l'aise.
Jusqu'à la fin renversante pour qui n'aura pas vu venir le drame et se sera contenté des échanges de propos diplomatiquement corrects.
Car le message est on ne peut plus clair : chers amis d'outre-Atlantique, certes nous vous avions attendus longtemps pendant la Guerre, mais si vous êtes venus aujourd'hui dans les Balkans, c'est pour foutre le bazar ...
Malgré quelques longueurs, un « drôle de film », à mi-chemin entre la leçon d'Histoire (jamais pontifiante) et la galerie de portraits humanistes (jamais ridicules).
On notera au passage la « présence » de Maria Dinulescu (Monica, la fille du chef de gare) qui semble débuter une belle carrière ...
Pour celles et ceux qui aiment les beaux moments de cinéma.
D'autres avis sur Critico-Blog.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Cinoche
commenter cet article
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 07:58

Ouvrez grands les yeux.

Nous avions découvert ce texte au théâtre (au Lucernaire) l'an passé.
La guerre mondiale est au programme de 3° au collège.
Deux bonnes raisons de voir débarquer ce petit opuscule à la maison.
C'est une américaine, Kathrine Kressmann Taylor, qui a écrit ce petit texte Inconnu à cette adresse, un échange épistolaire de quelques lettres entre deux amis.
Enfin deux «amis» au début ... quand tout va bien.
Quand vers 1933 le juif resté aux US écrit à son ami rentré en Allemagne.
[...] Qui est cet Adolf Hitler qui semble en voie d'accéder au pouvoir en Allemagne ? Ce que je lis sur son compte m'inquiète beaucoup. Embrasse les gosses et notre abondante Elsa de la part de ton affectionné Max.
Peu à peu, l'échange tourne au vinaigre, au fur et à mesure que l'allemand se laisse embarquer par le nazisme triomphant.
[...] Je n'ai jamais haï les juifs en tant qu'individus - toi, par exemple, je t'ai toujours considéré comme mon ami -, mais sache que je parle en toute honnêteté quand j'ajoute que je t'ai sincèrement aimé non à cause de ta race, mais malgré elle.
Au fil de ces quelques pages, l'histoire (et l'Histoire aussi) vire franchement mal lorsque l'allemand refuse son aide à la soeur du juif, en proie aux persécutions à Berlin. Son frère recevra bientôt une lettre avec la mention : inconnu à cette adresse, qui indique que la soeur bien-aimée n'aura pas survécu.
Sa vengeance sera sans appel ... et on vous laisse découvrir ce que cache réellement le titre de ce petit livre terrible mais très astucieux (on aurait presque pu le classer dans les polars), avec une belle alliance de la forme et du fond.

Comme dans tous les livres écrits depuis sur cette époque (comme dans le Rapport de Brodeck pour n'en citer qu'un qui fait beaucoup parler de lui en ce moment) on y parle de pogroms, d'extermination, de camps de concentration, ...
Mais le plus terrifiant n'est pas dans le texte mais dans quatre petits chiffres hallucinants sur le copyright : 1938 !
L'américaine a écrit cette histoire 2 ou 3 ans avant la guerre !
Plusieurs années avant que le monde ouvre les yeux !
Un livre obligatoire !


Pour celles et ceux qui aiment qu'on éclaire leur chemin.
D'autres avis sur Critiques libres.
InColdBlog en parle.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Bouquin
commenter cet article
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 19:16

Labyrinthique.

L'idée de lire Le terrier, ce tout petit opuscule (oui ! encore un), une nouvelle en fait, nous était venue en octobre à l'occasion de l'expo Bêtes et Hommes à La Villette.
Un extrait du texte de Kafka y était lu en boucle par Denis Lavant dans l'obscurité d'un faux-terrier reconstitué et c'était, avouons-le, saisissant, du moins pour celui qui se donnait le temps de prêter l'oreille.

Alors comme promis, on a retrouvé ce très beau texte en version intégrale.
Intégrale ou presque, puisqu'il s'agit d'une des dernières nouvelles de Franz Kafka, ... jamais achevée.
Mais, dans l'esprit tortueux de Kafka, y'avait-il seulement une fin à ce texte qui tourne en rond comme tourne en rond la créature, mi-homme mi-bête, qui s'agite et s'affole dans son terrier ?
Le discours obsessionnel de cette créature est vraiment hallucinant.
[...] Il me semble parfois dangereux de baser toute la défense dans la forteresse, car la diversité du terrier m'offre un très large éventail de possibilités, et il me paraît plus conforme à la prudence de disperser un peu les provisions et d'en pourvoir un certain nombre de petits ronds-points; je décide alors par exemple qu'un rond-point sur trois deviendra une réserve ou qu'un rond-point sur quatre sera une réserve principale et un sur deux une annexe, et autres calculs du même genre. Ou bien, en guise de manoeuvre de diversion, j'exclus totalement que certaines galeries puissent être garnies de provisions, ou bien je choisis au hasard un petit nombre de ronds-points, en fonction de leur position par rapport à la sortie principale. [...] Il me semble parfois - habituellement lors d'un réveil en sursaut - que la répartition actuelle est tout à fait mauvaise, qu'elle peut être source de graves dangers et doit être sur l'heure rectifiée au plus vite.
Et ainsi pendant des pages et des pages, des jours et des jours, l'homme ou la bête tourne en rond dans son terrier, défaisant ceci, refaisant cela, améliorant ici, fortifiant là, ... cherchant à se protéger toujours mieux et toujours plus d'une hypothétique attaque ...
Jusqu'à ce qu'un jour il entende un bruit inhabituel, un chuintement.
Et voici l'homme ou la bête (le choix n'est jamais possible et c'est là un des nombreux atouts de ce texte) reparti à la recherche sans fin de la source de ce chuintement, un ennemi sans aucun doute, un prédateur à sa poursuite, ... à moins qu'il ne s'agisse peut-être que de l'écho de sa propre respiration ?
Nous ne le saurons jamais et Kafka a emporté son secret dans son propre terrier.
Un opuscule minuscule par la taille (quelques 60 pages sur 15 petits centimètres de hauteur) mais grand par la puissance du texte.

Pour celles et ceux qui aiment les histoires de fous.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Bouquin
commenter cet article
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 06:18
Impudique en parle
Entre deux Bobs.

On est pas tout à fait accro du successfull et multicuturel Ben Harper (pas comme Marion qui, si je me souviens bien, est fan de ! ).
Mais le disque sorti cet été à Paris nous a bien plu avec quelques belles balades de Ben, qui se situent quelque part entre deux Bobs (le Marley et le Dylan).

Histoire de commencer l'année tout en douceur, on vous en propose trois extraits :
- In the colors
- Fight outta you
et surtout le très doux : Lifeline , qui donne son titre à l'album et qui diffuse un joli refrain plein de sagesse : Life is much too short ...

Ben Harper qu'on avait déjà écouté ici en 2006 avec Diamonds inside.
En prime, le clip de With my own two hands  dont on avait également déjà parlé ici ...


Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Miousik
commenter cet article
1 janvier 2008 2 01 /01 /janvier /2008 00:10
Best of 2006Comme l'an passé, notre blog sacrifie à la tradition du «best-of» de l'année.
Pour les plus pressés d'entre nous, c'est aussi l'assurance de ne pas louper ce qu'on pourrait appeler «les coups de coeur de nos coups de coeur».
Même s'il est toujours difficile de faire un choix parmi les meilleurs,  car le tri a déjà été fait une première fois avant d'arriver sur le blog  ...

  • Dans la catégorie bouquins, Soie d'Alessandro Baricco fait l'unanimité chez nous comme ailleurs. Même ovation tous ensemble pour 84, Charing Cross Road de l'américaine Hélène Hanff. Mais il nous a été impossible de choisir pour la troisième place. MAM voulait distinguer Là-bas de Peter Cameron, BMR ne voulait pas que Brady Udall et Lâchons les chiens se retrouve out à la quatrième place. Mais vous pourrez retrouver tous les autres candidats nomminés dans le best-of bouquins.
  • Dans la catégorie cinoche, l'année avait commencé en beauté avec La vie des autres en février. Depuis sa sortie, ce film a fait beaucoup parler de lui mais c'est sans conteste le premier de la classe 2007. À ces côtés, deux films intimistes et très humanistes : Ceux qui restent , un exercice d'équilibre difficile et réussi d'Anne le Ny (l'occasion de saluer au passage la présence incomparable d'Emmanuelle Devos) et tout récemment, De l'autre côté un film mi-turc mi-allemand de Fatih Akin. D'autres auraient pu prétendre également à une place sur le podium trop étroit : Dans la vallée d'Elah ou 7h58 ce samedi-là par exemple.
  • Si l'on en croit le palmarès de Télérama, on regrettera d'avoir manqué : Paranoid Park, Le fils de l'épicier et 4 mois, 3 semaines et 2 jours.

  • Dans la catégorie cinéma asiatique (on ruse pour pouvoir rajouter des lauréats !), il ne fallait surtout pas manquer L'étoile imaginaire (un film ... italien, mais qui se passe en Chine quand même !), ni La cité interdite transfigurée par Gong Li (BMR est allé la voir deux fois ! la ?  la Cité ou Gong Li ?). À la troisième place, Le vieux jardin coréen fait cette année un écho cinéphile à un lauréat littéraire de l'an passé.
  • Dans la catégorie documentaire (alors là ! c'est de la tricherie éhontée ! en plus y'avait que deux candidats), deux films remarquables ont été remarqués cette année : L'avocat de la terreur sur Jacques Vergès et A very british gangster.
Voilà, c'est dit, c'est fait, vive 2008 !

Et pour ceux qui auraient raté le best-of 2006 : c'est
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans ... et le reste
commenter cet article
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 07:58

Polar chez les indiens.

Répétons-le encore, dès fois que d'aucuns auraient loupé les billets précédents : l'avantage des polars, c’est qu’ils permettent de voyager facilement et de découvrir de nouveaux pays et de nouvelles gens.
Après la Chine et l'Irlande évoquées récemment, nous voici
, avec Tony Hillerman et ses enquêtes navajos, dans le Far West moderne, chez les indiens donc (les navajos forment la plus importante minorité indienne aux US).
Après avoir vécu deux ans dans le Pacifique Sud, on se rend compte que l'on connait finalement mieux les aborigènes d'Australie que les Indiens d'Amérique qui, pourtant, ont peuplé les films de notre enfance (mais il faut dire qu'ils étaient sévèrement encadrés par les cow-boys ...).
Et les parallèles entre les deux peuples sont nombreux.
L'importance de la tradition orale et du chant, le silence à observer sur le nom des morts, la convoitise des blancs pour leurs terres, le caractère sacré des montagnes que viennent escalader des grimpeurs blancs, ...
[...] - Celui qui vivait ici avant, reprit-elle en utilisant la circonlocution navajo pour éviter de prononcer le nom d'un mort, il disait que c'était comme si nous, les Navajos, on allait escalader cette grande église qu'ils ont à Rome, grimper au sommet du mur des Lamentations ou sur cet endroit où le prophète de l'Islam est monté au ciel.
- C'est un manque de respect, acquiesça Chee.

Avec Tony Hillerman on plonge avec chaque épisode (ici : Un homme est tombé) au coeur de cette culture : les crimes sont commis sur le territoire de la Réserve et la police tribale mène l'enquête au rythme des autochtones qui savent prendre leur temps et dont on dit qu'ils vivent « à l'heure navajo » (il ne doit même pas y avoir de traduction pour « ponctualité » !).
Leaphorn attendit. Attendit encore. Mais Demott n'avait nulle hâte d'interrompre ses souvenirs. Une brise soufflait dans le sens du courant, douce et rafraîchissante, faisait bruire les feuilles derrière l'ancien lieutenant et fredonnait cette petite mélodie que le vent léger chante dans les sapins.
- C'est une drôlement chouette journée, finit par dire Demott. Mais clignez des yeux deux fois et l'hiver s'abattra sur la montagne.
- Vous vous apprêtiez à me dire ce qui n'allait pas chez Hal.
- Je n'ai pas les diplômes qu'il faut pour pratiquer la psychiatrie.
Il hésita un très bref instant, mais Leaphorn savait que la réponse allait venir. c'était quelque chose dont il voulait parler ... et ce, probablement, depuis très, très longtemps.

Un roman très intéressant pour ceux qui sont curieux de découvrir l'ouest américain et ses populations.


Pour celles et ceux qui aiment les histoires d'indiens, même sans cow-boys.
L'incontournable page de Cottet.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Bouquin
commenter cet article

On A Tout Rangé