Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 07:24
Afrik.com interviewe Asa
Soul from Nigeria.

Voilà de la soul qui swingue, venue d'Afrique, du Nigeria, l'ancien Royaume du Bénin dont on reparle ici même (parce que).
C'est Asa (alias Bukola Elemide, asha, qui veut dire petit faucon en yoruba).

Moins soul et plus rock que Ayo, moins folk et plus chaleureuse que Tracy Chapman, voici de superbes orchestrations, une voix chaude, un rythme sans faille.

On aime bien, on aime beaucoup :

- 360
- le très doux Bibanke
- ou encore le swinguant Jailer que vous pouvez retrouver en version intégrale dans le clip vidéo ci-contre.

I'am in chains, you’re in chains too
I wear uniforms, and you wear uniforms too
I'am a prisoner, you’re a prisoner too, Mr Jailer ...
I have fears, you have fear too
I will die, but you'self go die too
Life is beautiful don’t you think so too ? Mr Jailer  ...
I'am talking to you jailer
Stop calling me a prisoner
Let he who is without sin
Be the first to cast the stone, Mr Jailer ...

Repost 0
Published by BMR - dans Miousik
commenter cet article
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 07:39

Leçon d'humanité, leçon d'humilité.

Voilà une bien belle histoire et d'une bien belle écriture.
L'histoire est celle d'Hommes sans mère et la plume d'Hubert Mingarelli.
Difficile de résumer ce roman où, en 24 heures et 160 pages, il ne se passe finalement pas grand chose : deux marins en virée à terre, fuyant la promiscuité de leurs camarades en bordée, se mettent en quête d'une maison de filles ...
Sont-ils amis ou même simples camarades, eux-mêmes ne le savent pas trop, mais on les accompagne bien volontiers, et on fera avec eux la rencontre de quelques personnages bien vivants.
À l'exact opposé des proses alambiquées d'autres auteurs français à la mode comme Claudel ou Barbery, l'art de Mingarelli touche à la simplicité, presque au dépouillement : simplicité de l'histoire on l'a dit, simplicité de l'écriture, simplicité des hommes et de leurs sentiments à peine évoqués mais si fortement exprimés.
[...] ... Et puis, tu sais, il y a toujours un peu de lumière dans le poste, là où on dort, il fait jamais nuit, on y voit toujours un peu, et quand il sortait le bras de sa couchette  je voyais sa main, et c'est drôle mais quand tu vois tout le temps la main de quelqu'un d'aussi près, tu finis par avoir des sentiments pour lui, ou quelque chose qui ressemble à ça tu vois.
Les dialogues, toujours très beaux, trahissent le même besoin d'épure :
[...] -Tes jambes sont très jolies.
- Merci.
- Je les aime beaucoup.
- Je sais.
- Comment peux-tu le savoir ?
- Tu les as beaucoup regardées tout à l'heure.
- Tu m'as vu les regarder ?
- Oui, mais ça ne m'a pas gênée.
Homer dit avec sincérité :
- Mais je t'écoutais aussi.
- Ça aussi je l'ai vu. C'est gentil.
Une écriture aussi limpide, aussi transparente, ne cache donc rien de la profonde humanité des personnages. C'est un peu de la vie qu'il nous est donné à lire. Tout simplement.

Pour celles et ceux qui aiment les portraits de marins en gros plan.
D'autres avis sur Critiques Libres.
Repost 0
Published by BMR - dans Bouquin
commenter cet article
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 07:31
D'autres avis sur Critiques libres
W. Boyd s'essaie à l'espionnage.

Voilà-t-y pas que William Boyd s'essaie à l'espionnage ?
Avec La vie aux aguets (Restless en VO) il met en scène une Mata-Hari de la guerre (la world war two).
Enfin non, pas une Mata-Hari justement mais une femme tout à fait ordinaire, ou presque.
C'est sa fille, déjà maman d'un petit garçon, qui nous raconte l'histoire puisque 40 ans après la guerre, un beau jour sa mère décide de lui confier ses secrets.
  [...]« Est-ce que Papa savait ? »
Elle marqua un temps d'arrêt. « Non, il n'a rien su. »
J'ai réfléchi un moment, en songeant à mes parents et à la manière dont je les avais toujours regardés. Efface-moi le tableau, me suis-je dit.
« Il n'a rien soupçconné ? Jamais ?
- Je ne crois pas. nous étions très heureux, c'était tout ce qui importait.
- Alors pourquoi as-tu décidé de me raconter tout ça ? De me livrer tes secrets, tout à coup ? »
Elle a soupiré, jeté un coup d'oeil autour d'elle, agité les mains sans but, les a passés dans ses cheveux avant de tapoter des doigts sur la table.
« Parce que, a-t-elle lâché enfin, parce que je crois que quelqu'un tente de me tuer. »

Le livre passe d'une époque à l'autre et les chapitres alternent entre les années de guerre de la mère et la vie presque actuelle de la fille (fin des années 70, les années de la bande à Baader) qui découvre peu à peu le passé de son espionne de maman.
Bien sûr, présent et passé finiront par se rejoindre.
On n'a pas vraiment été enthousiasmé par le bouquin, peut-être parce qu'on n'a pas vraiment accroché à la vie rocambolesque (trop ?) de ces deux dames.
Pas franchement déçu non plus (le mot serait un peu fort) mais on en attendait un peu plus, c'est quand même un William Boyd.
Mais ce qui à nos yeux fait tout l'intérêt de l'histoire (de l'Histoire pourrait-on dire !) c'est bien le décor géo-politique de la partie espionnage : au tout début de la guerre, les anglais essaient à tout prix de persuader les américains de s'engager aux côtés de l'Europe.
On assiste à une véritable bataille de l'information et les services anglais imaginent toutes les infos et toutes les intox qui pourraient réveiller les américains, encore échaudés par la première guerre, et les amener à entrer dans la seconde.
L'héroïne du roman est précisément enrôlée dans l'un de ces services et chargée de préparer diverses vraies-fausses infos destinées à persuader les États-Unis de l'imminence du péril.
Comme on le sait, ce sera Pearl-Harbour qui fera basculer l'Histoire et la propagande britannique n'aura finalement pas pesé lourd. Mais ça, ils ne le savaient pas encore !

Pour celles et ceux qui aiment les belles espionnes.
Agapanthe a beaucoup aimé et d'autres avis sur Critiques Libres.
_fck
Repost 0
Published by BMR - dans Bouquin
commenter cet article
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 06:54
Le site officiel en français
C'est dans les bacs et sur le web.

Katie Melua, la géorgienne de Londres, a déjà eu droit par deux fois aux honneurs de ce blog, avec :
Nine millions bicycles in Beijin
- et Shy boy .

La revoici avec un nouvel album, Pictures, qui nous a paru encore plus abouti.

Deux extraits pour y goûter :
- une douce balade folk : Mary Pickford
- et l'excellent Ghost Town
Je veux bien être interdit de blog pendant au moins deux heures si vous ne vous mettez pas à fredonner avec Katie Melua :
The thing that makes me feel the most down,
Is the feeling that I'm living in a ghost town. [...]
From this ghost town,
I feel like giving in,
Since you left I'm living in,
An old ghost town.
Repost 0
Published by BMR - dans Miousik
commenter cet article
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 07:39
C'est Wiki qui sait tout
À la poursuite de la création.

Après l'expo bâclée de Soutine à la Pinacothèque, Beaubourg a de quoi vous réconcilier avec la muséographie : L'atelier d'Alberto Giacometti est une grande réussite.
Grande réussite par l'importance de l'expo et le nombre d'oeuvres exposées mais aussi par la visite proposée : le sculpteur y est replacé dans son époque, que ce soit ses débuts influencés par le cubisme ou sa période en compagnie des surréalistes ou encore ses rencontres avec les plus grands photographes de l'époque (Cartier-Bresson, Doisneau, pour ne citer que les plus connus).
Malgré le titre de l'affiche, ce n'est pas vraiment son atelier très partiellement reconstitué qui fait le moteur de l'expo : ce sont bien les oeuvres et leur travail qui sont au centre du parcours.
Et on est vraiment gâté : les femmes longilignes, les hommes qui marchent, les "forêts", les têtes, ... tout y est, du plus minuscule au plus monumental (Giacometti était obsédé par le travail sur l'échelle).
Chacun selon son feeling, on resterait des heures devant certaines pièces, tant elles dégagent de vie, d'émotion, d'humanité.
La lecture en est facilitée par Giacometti lui-même qui s'obstinait sans relâche sur les mêmes modèles : son frère Diego ou sa compagne Anette par exemple. Dès lors il est plus aisé de décoder la progression, les recherches, les pistes explorées.

Pour celles et ceux qui aiment les artistes à la recherche de la perfection absolue.
Il faut en profiter avant février.
Repost 0
Published by BMR - dans Paris
commenter cet article
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 19:15
Sur Critico-Blog
Que sont nos jeunes soldats devenus ?

On est fans de Tommy Lee Jones et on s'est régalé avec le film de Paul Haggis : Dans la vallée d'Elah.
Même si ce film profondément noir et désespéré ne prête pas vraiment au sourire, c'est le moins qu'on puisse en dire.
Un père, ancien militaire, enquête sur le meurtre de son fils, assassiné à son retour d'Irak où il était en mission.
Il ne faut pas envoyer des héros dans des endroits comme l'Irak. C'est la merde.
Comme un étrange écho à l'Ennemi intime d'il y a quelques jours.
Tout le propos du film est là. Pourquoi envoyer nos enfants dans ces sales guerres ? Quelles horreurs vivent-ils là-bas ? Comment peuvent-ils se réintégrer au retour ?
C'est la quête vaine de Tommy Lee Jones, tandis que la mère, Susan Sarrandon, se désespère et que Charlize Theron essaie tant bien que mal de mener l'enquête officielle.
Ces trois-là sont vraiment excellents et donnent corps au désespoir qui baigne ce film.
Un film à la tension presque palpable, la caméra au plus proche des êtres.
MAM a trouvé un peu long mais BMR a apprécié la lenteur linéaire de cette enquête, de cette quête, propice à distiller le malaise et l'émotion qui imprègnent ce film (au point d'être vraiment tenté par une ).
Les horreurs de l'Irak sont à peine suggérées par des bouts de vidéos cahotiques récupérées d'un téléphone mobile (vidéos telles que l'on peut en trouver parait-il sur le web), tandis que de l'autre côté de l'océan, l'Amérique y est longuement filmée de façon étrange, grise et blafarde. On se croirait sur une autre planète, presque désincarnée et en tout cas déshumanisée. Du parking au motel, du fast-food au bar topless, nulle place pour l'ombre d'une romance ou même un sourire.
C'est d'ailleurs bien la seule morale du film : il y a quelque chose de pourri au royaume de l'oncle Bush qui ne veut pas ouvrir les yeux sur ce que sont devenus ses jeunes soldats partis combattre Goliath et Tommy Lee Jones finit par hisser la bannière étoilée à l'envers, signal de détresse - nous sommes perdus.
Le film se clôture d'ailleurs avec la chanson Lost (We're lost, les paroles sont ici) d'Annie Lennox tirée de son récent album : Songs of massive destruction ... tout un programme !
MAM a relevé cette scène qui met à table Tommy Lee Jones avec l'un de ses collègues, vétéran de l'armée comme lui. Le collègue retraité est sur le départ, en camping-car, pour retrouver ses petits-enfants et avoue ne pas/ne plus pouvoir aider Tommy Lee Jones. Manifestement, il a rompu avec son passé militaire et c'est peut-être la seule petite lueur de ce sombre film. Tommy Lee Jones y reste englué, lui qui, finalement, aura envoyé ses deux fils se perdre dans la vallée d'Elah ...

Le film prend son titre dans la Vallée d'Elah, la plaine des térébinthes, au Moyen-Orient, ou le petit David fut envoyé combattre le géant Goliath.
David qui lui-même,
quelques années plus tard, enverra Urie le Hittite au casse-pipe, en espérant bien ne pas le revoir afin de pouvoir s'accaparer son épouse Bethsabée. Et le fils de David et Bethsabée périra de la colère divine (vous vous en souvenez peut-être, on avait déjà croisé cette légende biblique dans le bouquin de Jo Nesbo : Rouge-Gorge).

Pour celles et ceux qui aiment les histoires fortes et vraies.
D'autres avis sur Critico-Blog.
Et en écho à ce film (à moins que ce ne soit l'inverse) : un article du Monde qui reprend CBS sur les suicides des anciens militaires d'Afghanistan et d'Irak.
Repost 0
Published by BMR - dans Cinoche
commenter cet article
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 09:29
Sur Critico-Blog
Attention, un crime peut en cacher un autre.

Après Mon petit doigt m'a dit, Pascal Thomas met en image un autre roman d'Agatha Christie : L'heure zéro, l'heure du crime.
Voilà un divertissement bien agréable : de quoi se détendre et reposer les méninges (même si on cherche vaguement le coupable, le film ne nous en laisse guère le temps et on se laisse gentiment porté par l'enquête et ses mystifications), et c'est quand même plus fin que les américanismes comme Mr. Brooks, par exemple.
Dans la riche demeure de la riche Tante Camilla, sont réunis pour les vacances en Bretagne, plusieurs amis et membres de la famille dont le neveu, son ex épouse et sa dernière conquête.
On se doute que tout cela va très mal finir ... pour notre plus grand plaisir.
Pascal Thomas met en scène quelques personnages hauts en couleur et c'est là tout le charme de ce film plein d'humour finaud et décalé.
Quelques mentions spéciales pour :
- Danièle Darrieux, exquise en vieille dame portée sur le Saint-Émilion et les paradis opiacés,
- Laura Smet, insupportable en capricieuse mal élevée qui a hérité de la grande gueule de Johnny et des jolies gambettes de Nathalie,
- François Morel, délicieux en flic en vacances, façon Mr. Hulot, aux galurins impossibles,
- Paul Minthe et Valériane de Villeneuve, ahurissants en couple de domestiques déjantés.
À déguster comme une boîte de bonbons anglais ... mais certains sont aux épices.
On se prend presque à regretter que, justement, Pascal Thomas n'ait pas osé forcer un peu la dose de sel et d'épices, sans doute pour conserver le côté «tout public».

Pour celles et ceux qui aiment les vacances à la mer et les parties de Cluedo.
D'autres avis sur Critico-Blog.
Repost 0
Published by BMR - dans Cinoche
commenter cet article
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 08:04
D'autres avis sur Amazon
Devoir de mémoire.

Tsubaki (camélia en japonais) commence comme un devoir de mémoire après les deux bombes d'Hiroshima et surtout de Nagasaki.
[...]
- Grand-mère, pourquoi les Américains ont-ils envoyé deux bombes atomiques sur le Japon ?
- Parce qu'ils n'en avaient que deux à ce moment-là, dit-elle franchement.

Mais derrière ce drame (qu'il nest cependant pas inutile de nous rappeler de temps en temps) s'en cache bien entendu un autre, plus intime.
[...] Je me rappelle ses paroles la veille du soir de sa mort : « Il y a des cruautés qu'on n'oublie jamais. Pour moi, ce n'est pas la guerre ni la bombe atomique. » Je me demande à nouveau ce qu'elle voulait dire par ces paroles.
À la mort de sa mère, une jeune femme héritera d'une curieuse lettre et repartira sur les traces du passé, jusqu'au jour précisément où sa mère ouvrit un sachet de cyanure, peu avant que la bombe ne tombe sur Nagasaki.
C'était le 9 août 1945.
Il lui faudra une centaine de pages, où alternent le présent et le passé, pour découvrir les secrets de famille qui étaient restés enfouis sous les cendres de la bombe.

Pour celles et ceux qui aiment les drames et les courtes histoires.
Papillon en parle, comme Jules, Bellesahi ou Tamara.
D'autres encore sur Critiques Libres.
À noter que ce petit roman fait partie d'une série de cinq, intitulée « le poids des secrets » (à découvrir sur le blog de Clochette).
_fck
Repost 0
Published by BMR - dans Bouquin
commenter cet article
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 07:40

Double meurtre dans la forêt des lapons.

Crimes au bord de l'eau, voilà un bien curieux roman.
Un roman nordique où l'action se situe tout en haut de la Suède à la frontière norvégienne, tout près de la Finlande, là où vivent encore quelques «sames» (des lapons).Polar noir
Un roman nordique où l'on retrouve une nouvelle fois la Saint-Jean et sa folie humaine (1, 2), quand le soleil ne se couche plus et laisse peu de repos aux âmes.
Un roman où la forêt est omniprésente, presque un personnage à elle seule.
Candidat au best-of 2006 Et les forêts de là-haut, c'est autre chose que par chez nous ...
Un roman étrange, d'abord par l'écriture qui laisse libre champ à l'irruption du physique et des corps : quand les personnages ont froid, ont faim, quand il y en a qui saignent, d'autres qui puent, certains qui ont besoin de pisser, ou de baiser, d'autres qui se font bouffer par les moustiques.
[...] Il trouva vite un petit endroit où le fond de la rivière était dépourvu de cailloux, ce qui lui permit de poser ses pieds de manière stable malgré la vigueur du courant. Puis il se lava comme cela faisait une éternité qu'il aurait dû se laver. Au début le froid lui coupa le souffle, mais il s'habitua, respira moins vite. Se frotta avec les mains. Fit une nouvelle fois mousser le savon et se lava entièrement. L'aine, les bourses, entre les fesses. Sous les bras. Il frotta son cou et ses bras. Il s'accroupit et s'aspergea la tête. Il frotta le savon sur son crâne jusqu'à ce que la peau le brûle.
On peut lire ici ou que Kerstin Ekman est une auteure réputée pour explorer l'opposition entre nature et culture : ceci explique peut-être cela et nous donne un roman puissant à l'ambiance qui reste longtemps présente.
Au centre de l'intrigue, la vie d'un village tout là-haut (dans une ambiance far-west du nord) avec un médecin à la prescription facile et au couple cahotant, une instit' en rupture de banc d'école, une famille de vauriens, une communauté babacool, une passagère inconnue, deux jeunes en camping, et tous les ingrédients qui font que cette nuit de la Saint-Jean ...
Un roman étrange enfin par sa construction : deux parties, deux crimes.
Au beau milieu du livre, entre les pages 319 et 320, il s'est écoulé 18 ans.
Certains se sont mariés, d'autres se sont séparés. Tous ont vieilli.
Un second meurtre vient soudain rouvrir les plaies qui n'étaient pas tout à fait refermées et l'enquête sur le premier, jamais élucidé, alors qu'au village, 18 ans après : [...] Personne ne parlait de ce qui s'était passé dans la nuit de la Saint-Jean.

Pour celles et ceux qui aiment les ambiances fortes, les forêts et les surprises littéraires.
Repost 0
Published by BMR - dans Bouquin
commenter cet article
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 06:51
Le site de Soha sur MySpace
La douce chaleur du vent du désert.

Entre jazz et soul R&B, entre le Cap-Vert et Cuba, la voix de Soha l'algérienne sarahoui de Marseille flotte et vogue d'un genre musical à l'autre.

Son album qui vient de sortir, s'intitule judicieusement : D'ici et d'ailleurs.
Parce que, comme elle le chante : on ne peut pas se défaire de l'endroit d'où l'on vient.

  Un style inclassable mais une énergie chaleureuse.
Soha : Et alors ? en jamaïcain.


Deux extraits pour la découvrir :

- On ne saura jamais
- et l'excellent C'est bien mieux comme ça (ah, l'accordéon ! on aime l'accordéon d'Adrien !) que vous pouvez retrouver en version intégrale dans le clip vidéo ci-contre.

On ne peut pas se défaire de l'endroit d'où l'on vient
La mère et l'enfance ne sont jamais très loin
On a laissé les siens si souvent, partir il le faut bien
On apprend à dire non un matin [...]
Moi je souris aux petits bonheurs
Je souris, c'est bien mieux comme ça
Je me fous des petits malheurs
Je m'en fous, c'est bien mieux comme ça ...

 
Repost 0
Published by BMR - dans Miousik
commenter cet article

On A Tout Rangé