Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

/ / /
Métro à gogo de Kyotaro Nishimura - traduction du japonais par Jean-Christian Bouvier.

Après son forfait, Suzuki téléphone à sa maîtresse Kazuko dont il vient de tuer le mari, Kotaro ...
À l'autre bout de Tokyo les inspecteurs Ueda et Inoé découvre le cadavre ...
Morale : amis criminels, attention à ne pas vous attaquer à un pickpocket !

[...] Une fois rentré chez lui, Suzuki téléphona à Kazuko.
- Sur le coup, cela m'a fait froid dans le dos; c'est la première fois qu'un type me sourit au moment où je lui règle son compte.
- Tu es sûr qu'il est mort ?
- Pour qui me prends-tu ? Quand je l'ai jeté dans le canal, il était bien mort, crois-moi.
- Tu n'as laissé aucun indice ?
- Ne t'inquiète pas; je défie quiconque de trouver quoi que ce soit entre ton mari et moi.
- Personne ne vous a vus ?
- Est-ce que j'ai l'air aussi bête que ton crétin de mari ? Je te répète que je l'ai épinglé proprement et discrètement dans un endroit désert. Je n'ai pas oublié non plus de me débarrasser du poignard.
Il ouvrit une canette de bière et la vida d'un trait en poussant un grognement de satisfaction.
- Je ne l'ai pas fouillé pour lui prendre ses papiers; de temps en temps, il vaut mieux rendre l'identification du cadavre difficile, mais dans notre cas, cela ne ferait que retarder inutilement le versement de la prime d'assurance.
- La police va me poser des tas de questions ...
- Ton mari ayant été assassiné, c'est normal. Mais comme tu as un alibi solide, tu ne risques rien.
- J'ai passé toute la journée chez une amie, et ce soir j'ai travaillé au bar.
- C'est parfait. Fais seulement attention à ne pas mentionner mon nom au cours de l'interrogatoire car moi je n'ai pas d'alibi. D'ailleurs, il vaut mieux ne pas se voir jusqu'à ce que l'assurance paye.
- D'accord; mais j'ai envie de toi, tu sais ...
_______
La pluie s'était remise à tomber. C'était une petite pluie fine et triste. Les goutelettes formaient d'innombrables petits ronds à la surface de l'eau noire et lavaient le cadavre imprégné de la puanteur du canal.
- J'ai trouvé deux curriculum vitae dans la poche de son pantalon, dit le jeune Inoe à l'inspecteur Ueda.
- La photo correspond. Il s'appelle Kotaro Fujiwara et habite dans l'arrondissement de Suginami. J'imagine qu'il devait chercher du travail, ce qui expliquerait le laissez-passer, c'est pratique pour courir les petites annonces. Il n'y a aucun indice concernant l'assassin ?
- Il y avait ceci dans la poche droite de la veste, c'est bizarre.
- Pourquoi bizarre ? C'est le portefeuille de la victime.
- Non, le portefeuille de la victime était dans la poche intérieure.
- Fais voir, fit l'inspecteur Ueda intrigué.
Le portefeuille ne contenait que trois mille yens et cinq cartes de visite au même nom, imprimées au verso en caractères romains un peu pompeux.
- Kozo Suzuki ? Il habite à Shinjuku; va tout de suite vérifier qui est ce type, ordonna-t-il à son subordonné.
Une fois seul, l'inspecteur se pencha à nouveau sur le cadavre avec curiosité et hocha la tête .
- C'est pourtant vrai qu'il a l'air d'être mort en souriant ...

Partager cette page

Repost 0
Published by

On A Tout Rangé