Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

/ / /
Le premier chapitre de L'homme du lac d'Arnaldur Indridason.

Elle resta longtemps immobile à scruter les ossements comme s’ils n’avaient pas dû se trouver là. Pas plus qu’elle-même, d’ailleurs.

Elle se disait que c’était probablement encore un mouton qui s’était noyé jusqu’à ce qu’elle parvienne assez près pour distinguer un crâne à demi enfoui au fond du lac ainsi que la forme d’un squelette humain. Les côtes dépassaient du sable et, en dessous, on pouvait distinguer les contours des os du bassin et du fémur. Le squelette reposait sur le côté gauche. Elle voyait la face droite du crâne, ses orbites vides ainsi que trois dents de la mâchoire supérieure. L’une d’elles portait un gros plombage en argent. On distinguait un large trou dans la boîte crânienne proprement dite et elle se fit machi­nalement la réflexion qu’il avait été causé par un marteau. Elle se baissa pour examiner le crâne. D’un geste hésitant, elle passa un doigt à l’intérieur du trou. Il était rempli de sable.

Elle ne savait pas pourquoi elle s’était mise à penser à ça et l’idée que quelqu’un puisse avoir été frappé sur la tête à l’aide d’un tel outil lui semblait abominable. En outre, le trou était plus large que celui qu’aurait laissé un marteau. Il était de la taille d’une boîte d’allumettes. Elle décida de ne plus toucher au squelette. Elle prit son téléphone portable et composa le numéro à trois chiffres.

Elle se demandait ce qu’elle allait dire. Tout cela lui sem­blait d’une certaine façon tellement irréel. Un squelette, à cette distance de la rive du lac, enseveli dans le fond sablonneux. En outre, elle ne se sentait pas très en forme. Elle pensait princi­palement à des marteaux et à des boîtes d’allumettes. Elle éprouvait des difficultés à se concentrer. Ses pensées partaient dans toutes les directions et elle avait toutes les peines du monde à les rassembler.

Cela tenait probablement à sa gueule de bois. Elle avait prévu de rester chez elle toute la journée mais avait changé d'avis et était venue jusqu'au lac. Elle était persuadée qu'il fallait qu'elle aille faire des relevés. C'était une scientifique.

Elle avait toujours désiré devenir scientifique et savait qu'il fallait surveiller constamment les relevés. Cependant, elle tenait une méchante gueule de bois et ses pensées n'avaient rien de logique. La fête annuelle de la Compagnie de distribution d'énergie avait eu lieu la veille au soir et, comme cela lui arrivait parfois, elle avait abusé de la boisson.

Elle pensait à l'homme qui se trouvait chez elle, allongé ans son lit. C'était à cause de lui qu'elle était partie faire un tour au lac. Elle n'avait pas voulu se réveiller à ses côtés et espérait bien qu'il serait parti quand elle rentrerait. Il l'avait accompagnée chez elle à la fin de la soirée mais ne s'était pas montré franchement captivant. Pas plus que tous les autres ont elle avait pu faire la connaissance après son divorce. Il n'avait pratiquement pas parlé d'autre chose que de sa collection de disques et avait même continué à la bassiner avec ça longtemps après qu'elle avait cessé de faire semblant de s'y intéresser. Elle avait fini par s'endormir dans le fauteuil du salon. En se réveillant, elle avait constaté qu'il s'était couché ans son lit où il dormait bouche ouverte, vêtu d'un slip ridiculement petit et de chaussettes noires.

 - Ici la centrale d'urgences, répondit une voix au téléphone.

 - Oui, je vous appelle pour signaler la découverte d'un squelette. Il s'agit d'un crâne percé.

 Elle grimaça. Fichue gueule de bois! Qui donc dirait un truc pareil? Un crâne percé. Elle se rappela l'expression "une pièce percée de dix aurar". À moins que ça n'ait été la pièce de deux couronnes qui était percée?

 - Votre nom, s'il vous plaît? demanda d'un ton neutre la voix de la centrale d'urgences.

 Elle parvint à mettre de l'ordre dans ses pensées et déclina son identité.

 - Où l'avez-vous trouvé?

 - Dans le lac de Kleifarvatn, près de la rive nord.

 - Il a été pris dans vos filets?

 - Non, il est enfoui au fond du lac.

 - Vous étiez en train de faire de la plongée?

 - Non, le squelette dépasse du lac. On voit les côtes et le crâne.

 - Donc, il est au fond du lac?

 - Oui.

 - Dans ces conditions, comment se fait-il que vous le voyiez ?

 - Il est devant moi, à l'endroit où je me trouve.

  - Vous l'avez ramené sur la rive?

  - Non, je n'y ai pas touché, mentit-elle sans même réfléchir.

 Il y eut un silence à l'autre bout de la ligne.

 - Qu'est-ce que c'est, ces âneries? gronda finalement la voix. C'est une blague? Vous savez ce que ça peut vous coûtez, une plaisanterie de ce genre?

 - Ce n'est pas une plaisanterie. Je suis dans le lac et je l'ai sous les yeux.

 - Vous allez peut-être me dire que vous marchez sur l'eau?!

 - L’eau a disparu, expliqua-t-elle. Il n'y a plus d'eau, il ne reste que le fond asséché et c'est là que se trouve le squelette.

 - Comment ça, l'eau a disparu?

 - Pas entièrement, mais elle s'est retirée de l'endroit où je me trouve. Je suis hydrologue à la Compagnie de distribution d'énergie. J'étais en train d'effectuer des relevés du niveau du lac quand je suis tombée sur ce squelette. Il a un trou dans la boîte crânienne et il est presque entièrement enseveli dans le fond sablonneux. J'ai d'abord cru qu'il s'agissait d'un mouton.

 - D'un mouton?

 - On en a retrouvé un l'autre jour, il s'était noyé depuis longtemps. À l'époque où le niveau du lac était plus haut.

  Il y eut un silence au téléphone.

  - Attendez-nous là-bas, annonça la voix avec quelques réticences. J'envoie une voiture.

Elle resta immobile à côté du squelette pendant quelques instants puis se dirigea vers le bord de l'eau pour évaluer la distance. Elle était certaine que ces ossements étaient encore immergés quand elle était venue faire des relevés au même endroit deux semaines plus tôt. Dans le cas contraire, elle les aurait vus. Le niveau du lac n'avait baissé que d'un mène à ce moment-là.

L'énigme demeurait insoluble depuis que les ingénieurs de la Compagnie de distribution d'énergie avaient constaté que le niveau du lac de Kleifarvatn baissait à toute vitesse. La compagnie avait installé un appareil destiné à mesurer constamment la hauteur de l'eau et l'une des tâches des ingénieurs hydrologues consistait à relever les mesures. Au cours de l'été 2000, on aurait pu croire que l'appareil s'était détraqué. Une incroyable quantité d'eau semblait disparaître chaque jour, le double de la normale.

Elle retourna vers le squelette. Elle mourait d'envie de l'examiner de plus près, de le dégager et de le nettoyer du sable.

Cependant, elle se disait que ça ne serait pas du goût de la police. Elle se demandait s'il s'agissait d'un homme ou d'une femme et se souvint d'avoir lu quelque part, probablement dans un roman policier, qu'il n'existait pratiquement aucune différence entre un squelette féminin et masculin excepté le sacrum, les os du bassin. Elle se souvint aussi que quelqu'un lui avait dit qu’il ne fallait pas croire ce qu'on lisait dans les romans policiers.

Elle ne voyait pas le sacrum qui était enfoui dans le sable et se dit que, de toute façon, elle n'aurait pas su faire la différence.

Sa gueule de bois se faisait plus oppressante. Elle décida de s'asseoir dans le sable à côté du squelette. C'était dimanche matin et une voiture solitaire longeait le lac. Elle s'imagina qu'il s'agissait de l'une de ces familles qui se livraient à leur excursion dominicale jusqu'à la baie de Herdisarvik et Selvog.

C'était un itinéraire apprécié et grandiose qui traversait les champs de lave, les collines, en longeant divers lacs avant de descendre jusqu'à la mer. Elle méditait sur ces familles dans leurs voitures. Son mari l'avait quitté lorsqu'il était apparu qu'ils ne pourraient pas avoir d'enfants ensemble. Il s'était rapidement remarié et avait maintenant deux adorables gamins. Il avait trouvé le bonheur.

De son côté, tout ce qu'elle avait trouvé, c'était un homme qu'elle connaissait à peine et qui était en ce moment allongé en chaussettes dans son lit. Les années passant, il lui était de plus en plus difficile de trouver des hommes équilibrés. La plupart d'entre eux étaient divorcés tout comme elle ou, ce qui était encore pire, ils n'avaient jamais eu de relation durable.   Elle regarda tristement les ossements à demi enfouis dans le sable, elle se sentait au bord des larmes.

Environ une heure plus tard, une voiture de police arriva de Hafnarjôrdur. Elle ne se pressait pas, avançant paresseusement le long de la route qui menait au lac. On était en mai, le soleil, haut dans le ciel, se reflétait à la surface lisse de l'eau. Assise dans le sable, elle surveillait la route et fit un signe à la voiture une fois que celle-ci fut parvenue sur la rive. Deux officiers de police descendirent, lancèrent un regard dans sa direction avant de se mettre en route.

Ils demeurèrent longtemps silencieux, debout au-dessus du squelette jusqu'à ce que l'un d'entre eux donne un petit coup de pied dans l'une de ses côtes.

  - Tu crois qu'il était à la pêche? demanda-t-il à son collègue.

  - Ou bien sorti en barque? renvoya ce dernier.

  - Peut-être qu'il avait avancé jusqu'ici en marchant dans le lac ?

  - Il y a un trou, dit-elle en les regardant à tour de rôle. Dans la boîte crânienne.

  L’un d'eux se baissa.

  - Ah bon? demanda-t-il.

  - Il a pu tomber de sa barque et se fracasser le crâne, observa son collègue.

  - Il est rempli de sable, remarqua celui qui avait pris la parole en premier.

  - On ne ferait pas mieux de contacter la Scientifique? proposa l'autre, pensif.

   - Ils ne sont pas tous en Amérique? À un congrès de criminologie? répondit son collègue.

L'autre policier hocha la tête. Puis, ils restèrent un long moment à examiner le squelette en silence avant de se tourner vers la femme.

  - Où toute l'eau a bien pu passer? demanda l'un.

  - Il existe dans ce domaine plusieurs théories, répondit-elle. Alors, qu'est-ce que vous allez faire? Est-ce que je pourrais rentrer chez moi?

Les deux hommes échangèrent un regard, notèrent le nom de la femme et la remercièrent sans présenter la moindre excuse pour l'avoir fait attendre. La chose ne l'avait pas dérangée. Elle n'était pas pressée. C'était une belle journée au bord du lac et elle aurait profité encore mieux de sa gueule de bois si elle n'était pas tombée sur ces ossements. Elle se demanda si l'homme aux chaussettes noires était parti de chez elle, ce qu'elle espérait de tout son coeur. Elle avait hâte de se louer une vidéo le soir et de se glisser sous la couette devant la télé.
Elle baissa les yeux sur les ossements et sur le trou dans la boîte crânienne.
Peut-être louerait-elle un bon film policier.

  - Ils ne sont pas tous en Amérique? À un congrès de criminologie? répondit son collègue.

L'autre policier hocha la tête. Puis, ils restèrent un long moment à examiner le squelette en silence avant de se tourner vers la femme.

  - Où toute l'eau a bien pu passer? demanda l'un.

  - Il existe dans ce domaine plusieurs théories, répondit-elle. Alors, qu'est-ce que vous allez faire? Est-ce que je pourrais rentrer chez moi?

Les deux hommes échangèrent un regard, notèrent le nom de la femme et la remercièrent sans présenter la moindre excuse pour l'avoir fait attendre. La chose ne l'avait pas dérangée. Elle n'était pas pressée. C'était une belle journée au bord du lac et elle aurait profité encore mieux de sa gueule de bois si elle n'était pas tombée sur ces ossements. Elle se demanda si l'homme aux chaussettes noires était parti de chez elle, ce qu'elle espérait de tout son coeur. Elle avait hâte de se louer une vidéo le soir et de se glisser sous la couette devant la télé.
Elle baissa les yeux sur les ossements et sur le trou dans la boîte crânienne.
Peut-être louerait-elle un bon film policier.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

On A Tout Rangé