Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

28 octobre 2007 7 28 /10 /octobre /2007 15:20
Le site de la Pinacothèque
Portraits d'époque.

À côté de Fauchon, place de la Madeleine, la Pinacothèque expose Soutine (1893-1943).
Un peintre maudit qui cumulait les tares : juif, russe, immigré et peintre.
Un artiste qui cultivait aussi son propre mythe et dont on dit qu'il rachetait en douce ses propres toiles pour les brûler.
Un des rares expressionnistes «français» et une peinture furieuse qui fait un peu la transition entre Cézanne et Bacon.
Une oeuvre qu'on avait déjà eu l'occasion d'apprécier en partie à l'Orangerie.
On aime beaucoup les portraits torturés de Chaïm Soutine : les oreilles d'écorchés, les orbites noires et profondes, le nez et la bouche comme emportés dans un tourbillon.
Soutine c'est un peu le côté obscur de Modigliani (qui l'a beaucoup aidé d'ailleurs).
On aime aussi quelques paysages déformés : les maisons, arbres et montagnes semblent jaillir des profondeurs de la terre ou bien au contraire, peut-être qu'ils y retournent, dévastés, emportés par le même tourbillon fantastique.
Une chose est sûre : chez Soutine, objets, nature et êtres, tous sont emportés par le mouvement.
On regrettera d'autant plus une expo un peu à l'étroit dans les sous-sols de la Pinacothèque aux couleurs et éclairages approximatifs : une oeuvre qui méritait mieux.

Le Monde en parle, Erwann également.
Repost 0
Published by BMR - dans Paris
commenter cet article
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 20:49
D'autres avis sur Amazon
Rayon fruits et légumes.

Les vielles barbes du Sénat exhument Arcimboldo, peintre du XVI° siècle, célèbre pour ses portraits à base de fruits et de légumes.
Un peintre surréaliste avant l'heure, bien avant l'heure.
L'expo a le mérite (outre celui d'exposer une douzaine de ces fameuses toiles), de replacer le peintre dans son époque : celle de la découverte du Monde, du Nouveau Monde.
Une époque où l'on découvre les autruches et leurs oeufs monstrueux, les mers chaudes et leur corail, les îles tropicales et leurs fruits.
Arcimboldo semble surfer sur cette soif d'exotisme et de connaissance.
De ce bouillonnement culturel, jailliront les portraits d'Arcimboldo, d'on ne sait pas trop si les figures naissent de la nature en bourgeonnement ou si, en décomposition, elles y retournent ...

Antoine en parle._fck
Repost 0
Published by BMR - dans Paris
commenter cet article
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 07:02
Le site de l'expo
Quand l'homme se fait moins bête.

La grande expo de la rentrée c'est Bêtes et Hommes, l'occasion également de retrouver la Grande Halle de la Villette réaménagée.
Une expo qui explore nos rapports aux animaux, et nous invite à analyser notre propre regard sur nos colocataires de la planète bleue.
On est accueilli dès l'entrée par une vache paisible qui rumine en regardant passer les visiteurs et, ... magie de la vidéo en boucle, la même nous verra sortir 3 heures plus tard. C'est peut-être aussi pour rappeler que cette Grande Halle fut à une autre époque ... le marché aux viandes de Paris !
À l'intérieur, de nombreux petits ilôts abritent ensuite différents messages.
Un très beau texte de Kafka lu dans le noir d'un «terrier» (ça nous a mis l'eau à la bouche, si on peut dire, et il est tombé dans la PAL).
Un théâtre de marionnettes où est (joliment) mise en scène l'opposition entre l'anglais Darwin, partisan de la libre concurrence, et Kropotkine l'anarchiste russe qui soutenait la thèse de l'entraide entre les animaux : une remarquable leçon de philo où l'on croise Marx et Malthus, étonnante de sens et de pédagogie pour celui qui aura la patience de s'asseoir et d'écouter attentivement, parmi les marmots qui s'impatientent.
Plus loin, un pot-pourri des bruits et cris des animaux en voie de disparation ...
Et partout, de nombreux extraits vidéo sur petits ou grands écrans, avec notre «bêtes-of» :
  • l'otarie qui sait lire à l'envers : elle reconnait les formes, hallucinant !
  • les dauphins qui pêchent en groupe sur la plage : le beach-fooding, stupéfiant !
  • l'oiseau qui appâte les poissons après avoir vu des canards manger du pain, bluffant !
  • le singe Wattana, un orang-outan qui sait faire des noeuds, touchant !
  • les manchots qui raniment l'un des leurs, épuisé, émouvant !
  • etc ...
Une autre séquence vidéo nous apprend également comment notre regard d'observateur fausse l'observation. On y apprend à décoder la umwelt de certaines bestioles : leur espace, leur mesure du temps, leur appréhension des signes extérieurs, c'est captivant et l'homme ressort moins bête de ce parcours savant.
On l'aura compris, l'expo est plutôt intello, excellente comme prépa au bac de philo. Mais c'est vraiment passionnant et vraiment très pédagogique, idéal pour les ados ou les grands qui n'ont pas encore étanché leur soif d'apprendre.
Mais, comme pour Walt Disney au Grand Palais l'an passé, on se demande bien ce que viennent y faire les familles avec leurs bruyants et impatients rejetons ...
À l'entrée de l'expo, nous accueille un texte de José Luis Borge citant une encyclopédie chinoise et l'une des premières classifications des espèces des bêtes selon les hommes : animaux appartenant à l'Empereur, animaux embaumés, animaux apprivoisés, cochons de lait, sirènes, animaux fabuleux, chiens en liberté, animaux qui s'agitent comme des fous, animaux innombrables, animaux dessinés avec un très fin pinceau de poils de chameau, animaux qui de loin semblent des mouches, et caetera ...
Pour nous rappeler que notre regard prime sur le réel et que la compréhension de la nature est avant tout une histoire de culture. _fck
Repost 0
Published by BMR - dans Paris
commenter cet article
17 août 2007 5 17 /08 /août /2007 06:21
AmazonPour les jeunes, voilà un petit bouquin fort intéressant capable d'égayer quelques heures de balades dans la plus belle villle du monde : Jeux de piste et énigmes à Paris.

Une balade par arrondissement avec un parcours en boucle, à énigmes, d'étape en étape.
Les commentaires permettent de découvrir et de s'instruire tout en s'amusant.

Exemple pour le XIV° arrondissement :
En commençant ton parcours, tu seras évidemment de bonne humeur et bien disposé à rire et à t'amuser. Il n'y a donc qu'une station de métro dans le XIV° arrondissement qui corresponde à ton humeur et où tu puisses débuter ce jeu.

Un bouquin plein de "gaîté" en quelque sorte ... !

Comme on peut le constater, les énigmes proposées sont suffisamment simples pour se passer de "solution".
Il y a également un plan détaillé de l'arrondissement avec chaque balade/énigme.

Attention, quelques erreurs se sont glissées dans les dernières éditions : les correctifs sont consultables en ligne.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Paris
commenter cet article
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 16:13

Cliquer pour agrandirBien que nous ayons toujours été très branchés Art Nouveau, les avis sont partagés sur l'expo des bijoux de René Lalique présentés au Luxembourg par les barbons du Sénat.
MAM aurait préféré un côté plus "bijoux".
BMR (pourtant moins porté sur la verroterie) s'est laissé transporté sans a priori dans ce monde fantasmagorique, peuplé de femmes-papillons, d'étranges insectes, de femmes-cygnes, ... un véritable univers de science-fiction.
Les éclairages soignés des vitrines, les explications, tout suscite l'évasion ... (mieux qu'un long discours : cliquer sur la vignette à gauche)
De temps à autre, une photo des belles de l'époque (Sarah Bernhardt, ...) nous ramène sur terre et vient nous rappeler que ces minutieux objets d'art n'étaient pas les ornements d'une race extra-terrestre (quoique ...).
Le rapprochement avec les objets japonisants (à la mode à cette époque) est également très instructif, et l'on découvre ainsi que Lalique ne s'est pas contenté de tailler des vases en cristal !


Comme d'hab' à Paris, il vaut mieux se munir de billets à l'avance et se préparer façon zen à la bousculade devant les vitrines ...
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Paris
commenter cet article
23 mars 2007 5 23 /03 /mars /2007 17:05

le site de la GéodeLes films de la Géode ne sont pas toujours à la dimension du lieu ...
On avait déjà apprécié le Nil bleu l'an passé et le film est d'ailleurs toujours à l'affiche.
Dans un tout autre genre et pour accompagner le billet sur le Sommet des Dieux, nous sommes allés prolonger l'ascension avec Everest un film sur une expédition au sommet du toit du monde.
Comme au long du Nil, le commentaire est toujours un peu trop mélodramatique, mais il n'arrive à gâcher ni la beauté de ces images, ni la force de ces histoires himalayennes : la folie des hommes et des femmes (oui, il y en a une !) obsédés par ces montagnes, prêts à y laisser quelques orteils, le bout du nez, une ou deux mains voire beaucoup plus.
Autre élément sympa de ce film, la présence à l'écran de Jamling Tenzing Norgay, le fils du célèbre sherpa qui accompagna Hillary : la boucle est donc ainsi quasiment bouclée avec le manga de Taniguchi dont nous venons de parler.

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Paris
commenter cet article
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 21:58
Pour fêter ses 30 ans (et oui ...) le Centre Pompidou à Paris réorganise ses collections.
Le 5ème étage a vu les collections d'art moderne (1905-1950) faire l'objet d'un réaccrochage et ce sera bientôt le tour de l'art contemporain au 4ème étage.
On vous laissera comprendre l'art contemporain tout seuls, mais on s'est fait une joie et un plaisir d'aller (re)visiter la collection du début du siècle, notre époque préférée.
Les toiles exposées profitent pleinement des volumes, des espaces et des salles réouvertes depuis le récent réaménagement.
Le parti pris de cet expo, présentée dans l'ordre chronologique, est de nous accompagner tout au long du cheminement des artistes vers l'abstraction et de nous faire comprendre l'enchaînement des différents courants artistiques : cubisme(s), dadaïsme, surréalisme, ... jusqu'à Pollock ou Rothko.
On (re)découvre également d'instructives juxtapositions : Picasso et Braque, Miro et Calder, ... et on y voit de très beaux Kandinsky, Matisse, Léger, Dubuffet, Picabia, ...

Enfin, petit clin d'oeil pour les habitués du blog, le parcours se termine sur "Le Vent", une très belle peinture d'un chinois installé à Paris, Zao-Wou-Ki : une toile qui ne pouvait décidément pas échapper à nos yeux désormais presque bridés ... !
Parmi les dernières expositions à Paris :
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Paris
commenter cet article
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 21:01
C'est apparemment la mode et nous poursuivons notre petite chasse aux trésors, après l'or des Thraces au musée Jacquemart-André, voici le trésor des Afghans au musée Guimet.
Exposition de quelques 200 pièces retrouvées, certaines récemment vers les années 80, dans plusieurs sites afghans comme Aï Khanoum ou Bactriane.
(Comme beaucoup !) on est resté longtemps scotché devant les vitrines qui présentent les bijoux en or retrouvés dans six tombeaux du site de Tillia Tepe, la colline d'or, ou bien encore devant les ivoires du trésor de Begram.
Objets entourés de juste ce qu'il faut de mystère puisque personne ne sait trop ni qui étaient les princesses de ces tombeaux, ni ce qu'était exactement le "trésor" retrouvé à Begram ...
Autre moment intéressant, un film d'animation 3D réalisé par la tv nipponne NHK qui tente de reconstituer ce qu'aurait pu être la cité d'Aï Khanoum.
Détail amusant, avec les commentaires de l'expo on découvre au passage qu'il est désormais plus politikement correk de dire 200 ans av. n. è. plutôt que 200 ans av. J.C. 

Comme on le sait, l'or qui brille attire les foules, aussi est-il prudent de se munir d'avance de billets coupe-file afin d'éviter au moins l'une des queues car ... longue est l'attente qui mène au trésor ...
Pour préparer la visite, quelques sites intéressants : celui du musée Guimet, celui de Clio et un site "pédago" qui met tout cela en perspective historique.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Paris
commenter cet article
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 21:27
Cliquer pour agrandir l'imageExpo pas ordinaire que celle des Trésors engloutis d'Egypte au Grand Palais jusqu'au 16 mars et que nous avons eu la chance d'apprécier en soirée avec un guide, en dehors de la foule qui s'y presse en journée.
Les objets et statues, extraits de leur gangue de limon du delta du Nil, ont été ramenés par les expéditions du controversé Franck Goddio depuis les cités englouties de Heraklion, Canope et Alexandrie, en laissant sur place les "pierres" des temples et monuments.
Franck Goddio projette même de construire un musée sous-marin à Alexandrie pour permettre au public de voir les vestiges de l'ancienne cité. Et à la fin de l'expo, on peut rêver à ce futur aquarium à cailloux, devant les plans de l'architecte Jacques Rougerie.
Mais le clou de l'expo c'est bien entendu l'incroyable statue de la belle Arsinoë II qui vaut à elle seule le déplacement avec son drapé mouillé plus vrai que nature, si réaliste que l'on dit même que les plongeurs auraient d'abord cru à un véritable linceul, tissé, mais fossilisé par son séjour au fond des eaux.
Avant de venir nous faire tourner la tête, la statue de la belle Arsinoë a perdu la sienne mais rien d'autre : désormais toutes les Vénus et les Aphrodites du Louvre ou d'ailleurs peuvent aller se rhabiller, c'est le cas de le dire.
On a du mal à imaginer l'effet que pouvait produire cette statue ... plus de 2000 ans avant Rodin !
Autre moment fort, une superbe stèle gravée qui explique en hiéroglyphes poétiques et choisis (c'est traduit), que les marins débarquant dans les ports étaient invités à "offrir aux dieux" un petit pourcentage de leur cargaison (ah que ! aujourd'hui, taxe douanière ça sonne quand même moins bien). La pierre et sa gravure sont d'une incroyable qualité de conservation.
Emotion toujours avec les objets liturgiques (vases, coupes, ...) retrouvés dans ces temples qui, avant leur noyade, n'ont pas toujours eu le temps d'être pillés comme leurs semblables de Haute-Egypte. Ou encore avec les films projetés ici ou là et qui retracent quelques moments des expéditions et des plongées.
Quelques photos ici, le site officiel là.

Cette expo c'est aussi l'occasion de voir "de dedans" la célèbre nef en verre et en fer du Grand Palais (une autre occasion nous avait été donnée l'été passé).
Même si l'on regrette ici que l'expo ne s'adapte guère à l'immensité du site : mais après Berlin et Paris, Arsinoë et tout le reste partent fin mars pour Bonn et l'expo ne pouvait donc tenir compte de ce seul lieu.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Paris
commenter cet article
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 17:57
L'expo du musée André JacquemartLe très beau musée Jacquemart-André accueille jusqu'au 31 janvier l'exposition des trésors de l'orfévrerie Thrace (devenue la Bulgarie).
Une centaine de pièces magnifiques sont réunies : rythons, phiales, cruches, en or ou en argent doré. Egalement de minutieuses appliques qui décoraient des harnachements de chevaux. Un travail d'orfèvre (c'est sûr !) d'une extraordinaire délicatesse et qui date de plus de 400 ans avant JC.
L'exposition se termine en apothéose avec le trésor de Panagjurishte : une dizaine de pièces totalisant plus de 6 kg d'or !
La plupart de ces trésors ont été découverts fortuitement au XX° siècle et ont été restaurés récemment.

L'expo est aussi l'occasion de jeter un oeil sur le reste du musée : sa cour intérieure en demi-lune, son superbe escalier d'apparat avec le jardin d'hiver et la fresque de Tiepolo, les salles de la section italienne avec leurs superbes plafonds à caissons, ...

Pour suivre : le trésor des Afghans au musée Guimet.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Paris
commenter cet article

On A Tout Rangé