Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 06:24
D'autres avis sur Critico Blog
Méli-mélo.

Tout le who's who du cinéma français se trouve réuni sur le plateau du dernier film de Cedric Klapisch : Paris.
Encore un nouveau film choral (celui où les histoires et les personnages s'entrecroisent) comme semble les aimer le public français.
Mais dans certaines chorales, il y a parfois des couacs.
Alors oui, Paris de Klapisch c'est un peu méli-mélo.
Méli, tout d'abord, pour ces personnages et ces histoires qui se croisent, certes, mais sans vraiment de fil conducteur, sans véritable lien. Cela tient plus du patchwork que du puzzle. Encore n'est-ce pas trop grave si l'on accepte de se laisser porter au gré de ces histoires sans queue ni tête.
Ceci est d'ailleurs dûment revendiqué par l'auteur lui-même qui (via Luchini bien entendu) cite Baudelaire dans ... Le spleen de Paris :
Mon cher ami, je vous envoie un petit ouvrage dont on ne pourrait pas dire, sans injustice, qu’il n’a ni queue ni tête, puisque tout, au contraire, y est à la fois tête et queue, alternativement et réciproquement. Considérez, je vous prie, quelles admirables commodités cette combinaison nous offre à tous, à vous, à moi et au lecteur. Nous pouvons couper où nous voulons, moi ma rêverie, vous le manuscrit, le lecteur sa lecture. [...]
C’est surtout de la fréquentation des villes énormes, c’est du croisement de leurs innombrables rapports que naît cet idéal obsédant.

Mélo, ensuite, pour la navrante histoire de Romain Duris (bizarrement le moins convaincant de la troupe) atteint d'une maladie du coeur qui va sans doute l'emporter. Il faut donc profiter de la vie ici et maintenant, surtout quand on la chance d'habiter Paris, car la vie est trop courte. Voilà donc la morale de l'histoire. Certes on adhère au propos et plutôt deux fois qu'une, mais n'y a-t-il pas manière plus subtile de nous asséner cette vérité ?
Autre vérité découverte en séance : qui ne se ressemble pas, ne s'assemble pas. Ainsi les pinups fashion-victims du Tout-Paris iront s'encanailler au marché-gare de Rungis mais ne pourront finalement pas conclure leurs affaires avec les forains un peu beaufs venus pour faire leur marché.
Klapisch s'appesantit lourdement sur son propos avec la finesse et la délicatesse d'un éléphant qui apprendrait à brouter à ses petits.
De même, quand il nous la joue éco-tourisme avec sa pinup parisienne en vacances au club méd au Cameroun, à demi amoureuse du maître nageur black qui vient de se faire virer du club et qui reçoit une carte postale (avec Notre-Dame) de son frère ... éboueur à Montmartre, et qu'il n'aura de cesse de rejoindre quitte à risquer sa vie en traversant la Méditerranée dans une barcasse. Ouf !
Morale (parait que ça va être à la mode, la morale) : soyons gentils avec nos amis éboueurs et rangeons bien nos poubelles, pensons un peu à leurs familles dans les bidonvilles en Afrique. Je n'invente rien : allez voir le film si vous ne me croyez pas !
Alors, après avoir été si caustique (ça fait du bien parfois), pourquoi donc parler de ce film ici ?
Et bien parce que dans toute chorale, même un peu cacophonique, il y a toujours quelques belles voix et de superbes solistes !
Fabrice Luchini qui incarne quasiment ... Fabrice Luchini, son rôle préféré et celui où il excelle : extraordinaire en vieux prof d'Histoire (de Paris !) pontifiant, compassé, pédant et ... amoureux dépressif ! Ah, la scène chez le psy ! Ah, la scène où il danse un vieux rock pour les beaux yeux d'une de ses étudiantes !
Juliette Binoche qui campe une quadra un peu aigrie et vieillie avant l'âge. Elle ose nous gratifier d'un strip-tease qui relègue aux archives poussièreuses de l'INA les neuf minutes et demi de Kim Bassinger qui peut aller ... se rhabiller.
François Cluzet qui joue le frère de Luchini, un architecte « normal » (belle femme, beau métier, bel appart, ...) mais pleurnichard. La scène du « rêve », pourtant casse-gueule, est particulièrement réussie.
En contrepoint - on reste dans le registre choral - Karin Viard en boulangère, raciste (avec son personnel) et mielleuse (avec ses clients), est odieuse à souhait et déclenche les rires à chaque apparition.
Pour ces quelques superbes moments, et ces superbes acteurs, la séance mérite d'être sauvée.
En tout cas pour les inconditionnels de Paris : le film embraye sur le générique de fin dès que le taxi de Romain Duris franchit ... le périphérique !

Pour celles et ceux qui aiment la plus belle ville du monde.
D'autres avis
chez Herwann ou sur Critico-Blog, dont le toujours Cluny qui partage ici quasiment les mêmes coups de griffe et les mêmes coups de coeur.

Partager cet article

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Cinoche
commenter cet article

commentaires

SoS 15/03/2009 11:30

C'est impressionant, je n'ai pas du tout la même façon d'interpreter le film que toi. Pour moi, c'est justement le but de Klapish dans ce film, que de ne pas tisser de lien clair entre les personnages. Ils habitent dans la même ville, se sont deja croisé mais ne se connaissent pas, on arrive au milieu de leur vie, et en ressortons presque aussitot, sans savoir ce qu'ils vont devenir, et un homme va peut-etre mourrir, et personne n'en sora rien. C'est ça , Paris , justement. Les gens se plaignent, il y'a toujours quelqu'un pour se plaindre, comme le dit Romain Duris pendant sa tirade dans le taxi. Et contrairement à toi, je trouve qu'il a particulièrement réussi son rôle. Je ne sais pas ce que c'est d'apprendre que l'on va mourrir (a ma plus grande joie d'ailleurs), mais son role est justement prenant parce qu'il fini par faire peur, il s'enferme chez lui et ne vie plus qu'a l'interieur de lui même. Chacune de ses réplique est bien lançée, par exemple au debut du film " j'vais ptet crever, j'te l'dis, et toi tu m'engueules putain". De mon point de vue, cette replique aurai pu tres mal passer, mais la facon dont il le dit donne tout son sens. Bref, Pour moi ce film est tres réussi, du début a la fin, Klapisch reussit parfaitement à montrer ce qu'est Paris. Peut-etre suis-je trop fan de ce monsieur pour etre objective? Ou alors, est-ce toi qui est aussi un de ces parisiens blazé qui cherche un sujet sur lequel raler? ;)Sur ce, bonne contiuation!

Shin 13/04/2008 15:04

Bonjour,

"Paris" n'est clairement pas la plus grande réussite de Cédric Klapisch mais est tiré vers le haut par une Juliette Binoche lumineuse dans cette nébuleuse d'étoiles (filantes). Et si le personnage de Mélanie Laurent est un gâchi total, celui de Karin Viard est excellent.

Bref, malgré quelques réserves, "Paris" se suit tout de même avec plaisir. Et tant pis si le film manque de saveur et que la chorale finisse par devenir inaudible, c'est avant tout un immense hymne à la vie qui nous est offert là. Car, malgré des longueurs et une absence de fond par moment (sur certains personnages, délaissés, quand d'autres sont développés à l'envi), un brin d'optimisme ne fait pas de mal !

Amicalement,

Shin.

Benjamin F 03/03/2008 18:01

Ca me fait plaisir de te voir casser un peu Paris. Moi aussi cet aspect moraliste et "j'enfonce des portes ouvertes" m'a bien irrité.

BMR 04/03/2008 14:41

Ah le but de ce billet n'était pas vraiment de "casser" ce film (en général sur ce blog on évite de parler des bouquins et films qu'on n'a pas aimés : ça leur laisse une chance auprès d'autres lecteurs/spectateurs !).Mais dans Paris, il y a du très bon (quelques scènes vraiment très bien vues, de très bons acteurs) et puis du très mauvais (comme ces bons sentiments moralistes qui auraient effectivement mérité un traitement un peu plus subtil).

la nymphette 28/02/2008 11:49

Comme quoi, je dois devenir difficile! ;-) (voir la critique sur mon blog)

la nymphette 27/02/2008 15:31

Hihije vais y aller juste pour pouvoir dire une fois de plus que je suis bon public et que ca m'a plu!

BMR 27/02/2008 18:20

Excellente réaction !

On A Tout Rangé