Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de A à Z

Pratique : tous nos coups de coeur par ordre alphabétique, le répertoire du blog  Nos belles photos de nos beaux voyages
Pratique : tous les artistes et groupe de musique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire du blog  Pratique : tous les films par ordre alphabétique d'auteur, le box office du blog

Les bouquins de A à Z

Pratique : tous nos bouquins par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire  Pratique : tous nos bouquins nordiques par ordre alphabétique d'auteur, ne perdez pas le nord
Pratique : tous nos polars par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des polars  Pratique : tous nos bouquins asiatique par ordre alphabétique d'auteur, le répertoire des auteurs asiatiques du blog
Pratique : toutes nos BD par ordre alphabétique, l'annuaire des BD du blog  Nos meilleurs petits bouquins, les opsucules minuscules de moins de 100 pages
Le best-of de nos meilleurs bouquins, les coups de coeur parmi les coups de coeur  Les suggestions du chef, coups de coeur parmi les coups de coeur


On voyage !

Les photos de nos voyages

on vous a vu

  • Statistiques depuis 2006
  • [] aujourd'hui
  • [] en ligne

 

ON TROUVE !

 

Loading

ON EN EST   

Retrouvez-nous sur Critiques Libres   Retrouvez nous sur Trip advisor
Retrouvez nous sur Babelio   C'est Wiki sait tout  
Notre logo   Le contenu de ce blog n'est pas libre de tout droit, cliquez pour le détail

On A Tout Archivé

7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 07:25

Le Figaro en parle


Info ou intox ?

Mieux vaut être le premier à se tromper que le second à dire la vérité : tel serait devenu le credo du journalisme, à l'heure des niouses pré-digérées du 20heures et d'internet.

C'est (en partie) le thème de la pièce de Marc Fayet(1) : Le scoop.

Une pièce avec trois visions très différentes du métier de journaliste : le vieux briscard à l'ancienne, grand reporter, honnête et désabusé.

Le requin du JT prêt à tout pour faire de l'audience et au passage régler quelques comptes avec ses collègues et ‘amis’.

Le jeune loup nourri au biberon du ouèbe, wikilies et autres mediaparts ...

Après une mise en place rapide (grâce à une mise en scène dynamique), l'histoire va se mettre en place et les relations complexes qui unissent ces trois personnages vont se nouer (on vous laisse découvrir, évidemment) ...

Il faut saluer la prestation des trois "vieux" : Philippe Magnan est un ancien correspondant de guerre, bougon et retraité, plus vrai que nature et Frédéric Van der Driessche endosse sans états d'âme, le costume de l'affreux aux dents trop longues.

Mais c'est Frédérique Tirmont qui remporte la palme dans le rôle de l'épouse du grand reporter : on attend ses passages sur scène avec impatience tant elle excelle dans cette parisienne bobo-rive gauche et elle n'a aucun mal à se fondre dans le décor !

Les deux plus jeunes, Guillaume Durieux et Aurore Soudieux, attendent encore de faire leurs preuves : au journal comme sur scène !

Sur ce thème inattendu Marc Fayet a réussi à bâtir une pièce solide et apporte la preuve qu'on peut écrire de très bons textes contemporains et intelligents.

L'intrigue est plutôt bien ficelée, ça se déguste comme un polard même si l'on devine certaines ficelles et les dialogues sont incisifs, féroces, grinçants : c'est pas bien joli, les coulisses du journal ...

Ce fut un excellent choix de l'amie Véro pour le réveillon du 31 !

_____________________________________

(1) - que certains avaient pu voir comme acteur dans le Mec de la tombe d'à côté


Pour celles et ceux qui aiment les journalistes.
Froggy en parle et c'est au Théatre Tristan Bernard.

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 15:47
Leur site avec vidéos

La voix de son maître. 

Voca People : oui, les people de la planète Voca reviennent faire un tour sur Terre.

Leur ovni musical vient de se poser à Bobino et ne décollera pas avant janvier : profitez-en !

La performance de cette troupe israélienne dont le succès s'est construit sur internet et en Italie, est époustouflante.

Ils sont 8 et chantent a cappella : avec une sono d'enfer mais pas un seul instrument, deux d'entre eux qui jouent de la langue les “boîtes à rythme”, et bien sûr toute la gamme des voix de la basse et baryton jusqu'à l'alto et soprano, ces 8 extra-terrestres semblent sur scène, tour à tour, un véritable choeur symphonique ou un groupe de rock déchaîné.

Leur spectacle est désormais bien rodé (trop ?), amusant, plein d'humour, le public est conquis d'avance, le show fait le plein d'énergie, toute la salle finit debout, rien à redire. Ils enchaînent sans temps mort, les pots-pourris de classique, rock, musiques de films, tout y passe ! À chacun de jouer à reconnaître les siens !

Rançon du succès, on regrette presque que la mise en scène du show, très travaillée, nous laisse à peine le temps d'écouter leurs performances vocales. Certains passages magnifiques [le carmina burana, l'ameno dorime, ...], demanderaient un peu plus de temps pour nous laisser le temps d'apprécier pleinement la “musique”.

On a particulièrement apprécié l'hommage à Queen, remarquable, ou la séquence “house music” finale, suprenante.

Sur leur site français, ne manquez pas d'écouter la bande annonce audio sur la page d'accueil (de bonne qualité).


Pour celles et ceux qui aiment cet instrument de musique qu'est la voix.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 17:23
Le site du théâtre

N'importe quoi. 

Une heure de délire absurde et de non-sens clownesque. Une heure de n'importe quoi.

Voilà ce que propose les compères des Chiche-capon(1).

La première partie du pestacle (à la Monty Python) est, littéralement, à pleurer de rire, vraiment.

La seconde moitié vire au délire tout terrain et manque un peu plus de maîtrise.

Aucune prétention théâtrale : les clowns brocardent joyeusement les acteurs et se revendiquent du cirque et du forain. Il faut dire qu'ils ont des dégaines résolument mortelles et qu'ils en jouent avec métier et brio.

Le comique est ici gestuel et visuel : ce sont les corps qui parlent.

Le lendemain, il ne reste d'ailleurs pas grand chose de leur 'pièce' : une heure de rire (et là, chapeau, c'est déjà pas si mal) et le sentiment d'avoir assisté à une sacrée prouesse physique.

Il faut les voir tenir tout un sketche en bouffant une pomme. Ou se taper dessus à coups de boudin de piscine(2).

Mais sous le délire potache, tout est soigneusement maîtrisé et mis en scène : on ne fait pas rire une salle entière en improvisant au petit bonheur.

On regrette (un petit peu) le manque d'unité poétique (quelques filons jaillissant ici ou là gagneraient à être mieux exploités) et l'absence de 'textes' dans la seconde partie.

_________________________________

(1) : mais ne cherchez pas, aucune trace des disparus de Saint-Agil dans le spectacle

(2) : conseil d'ami : évitez le premier rang, on vous aura prévenus


Pour celles et ceux qui aiment les pommes.
Froggy's en parle. C'est jusque fin juin au théâtre de la Pépinière.

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 10:31
Le site de la compagnie

Humour potache. 

Après avoir beaucoup ri (c'était il y a 4 ans) à l'occasion d'un Tour du monde en 80 minutes, il nous fallait suivre les nouvelles aventures de la petite troupe de Sébastien Azzopardi sur les traces de Florimont.

Le principe est le même : un prétexte historique propice à toutes sortes d'anachronismes, un humour déjanté plein de non-sens, un brin de potache, quelques chansonnettes, et le tour est joué et bien joué.

Est-ce la scène devenue trop grande (rançon du succès ...), est-ce l'effet de nouveauté qui ne joue plus ? Toujours est-il qu'on sourit et qu'on s'amuse sur les traces de Florimont alors qu'on se bidonnait franchement derrière celles de Phileas Fogg. Bien sûr on ne se rappelle plus mot pour mot le texte du Tour du monde, mai celui de Florimont nous a semblé un peu vite écrit(1).

Et pourtant ce spectacle vaut le déplacement ! Oui, car on ne peut pas s'empêcher de se laisser entraîner, emporter, par la fougue et l'ethousiasme des cinq comédiens (soit à peu près trente personnages !) complètement déchaînés sur scène.

Ils s'amusent et nous amusent.

D'autant que ce soir-là, c'était la dernière pour l'un deux et qu'ils s'en sont donné à coeur joie, rivalisant de pitreries et d'impros, chaque gag étant souvant prétexte à désarçonner le collègue. Foux rires garantis, sur scène comme en salle.

Au-delà du texte inégal on l'a dit, la troupe de Sébastien Azzopardi (il jouait Florimont ce soir-là) tient là une excellente recette.

Les acteurs "tournent" selon les soirs, mais ce jour-là on a remarqué la fraîche Aurélie Konaté qui n'hésite pas à pousser la chansonnette.

Et l'incroyable Erwan Creignou capable de jouer à lui tout seul une armée entière de soldats qu'on dirait tout droit sortis d'un album d'Astérix : stupéfiant !

Pour être franc, on avait quand même préféré dans la même veine fin 2010, les 39 marches d'Alex Métayer.

_________________________________

(1) : beaucoup de liaisons explicatives par exemple, qui cassent un peu le rythme qui se devrait endiablé


Pour celles et ceux qui aiment rire.
Gilbert en parle.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 06:51

Le site de la pièce


La famille en chansons.

Une histoire de famille (grands-parents, parents, enfants) racontée en chansons.

Serge Reggiani, Volo, Jacques Dutronc, Georges Brassens, Richard Anthony, et j'en passe ... une bonne partie du répertoire est là, judicieusement agencée et arrangée pour nous conter une petite histoire sans jamais nous lasser.http://carnot69.free.fr/images/album de famille2.jpg

Car cet Album de famille est avant tout musical : les quatre compagnons de la chanson présents sur scène sont vraiment des as.

Il font les pitres, juste ce qu'il faut, ils chantent, jouent de la guitare, chantent, changent de rôles, et chantent. Même a cappella.

http://carnot69.free.fr/images/coeur.gifSophie Cavaillès est le boute-en-train de la famille, capable de tout faire, depuis le spermatozoïde façon woody allen, jusqu'au feu d'artifice, chapeau l'artiste !

Les deux dames (Sophie Cavaillès donc et la “maman” Mariline Gourdon) ont des voix superbes.

Un spectacle “pour tous ” (ados compris)  mais de très grande qualité.

Ne les manquez pas, ils reviennent à compter du 2 février au Ciné 13 Théâtre à Montmartre.


Pour celles et ceux qui aiment la chanson.
Lise et Froggy en parlent.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 06:14

Le site de la pièce


Lendemains de fêtes.

Le soir d'un réveillon, trois hommes, trois quadras, se retrouvent au commissariat pour infractions.

L'un avait bu un petit peu trop, l'autre avait fumé là où il ne fallait plus pas et le dernier conduisait un peu trop vite. Boire, fumer et conduire vite.

Trois interdits symboles de notre époque où s'épanouit le principe de précaution.

Trois interdits “bravés” par ces quadras d'une génération qui n'a pas connu mai 68.

Nous qui sommes habituellement frileux (et sans grande pitié) vis à vis des textes contemporains trop hâtivement bricolés, nous avons été agréablement surpris par cette pièce remarquablement équilibrée.

Le texte entre théâtre et café-théâtre, capture l'air du temps comme on dit, nous donne à réfléchir, un peu, mais sans donner de leçons sentencieuses.

L'humour est toujours présent et l'on sourit très souvent, on rit même parfois et de bon cœur.

Saluons la prestation de Christian Vadim qui fait le pitre, sans fausse note, pour notre plus grand plaisir.

Philippe Lellouche (auteur du texte et frère de Gilles) et David Brécourt sont également parfaits dans des rôles [un peu]  plus sérieux.

Les trois compères s'amusent (quelques fous rires sur scène !) et nous amusent.

Après quelques dialogues percutants, leur avocate commise d'office survient(1) ... et son angélisme donnera lieu à quelques coups de théâtre bien surprenants. Le pari est osé, le ressort improbable mais, étonnamment, cela fonctionne parfaitement.

Comme tous les spectateurs, on a promis-juré de ne rien en dire et il vous faudra donc aller voir la pièce pour en savoir plus.

Après les prolongations parisiennes, ils sont partis tourner “en province” : profitez-en.

______________________________

(1) : Vanessa Demouy a été remplacée par Marie Fugain qui ne maîtrise pas encore la pièce mais cela reste sans gravité car son rôle est effacé derrière les trois compères


Pour celles et ceux qui aiment braver la police.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 09:02

Tika en parle


Jeux de drôles.

Un film d'Hitchcock au théâtre ?

Et bien oui, Éric Métayer relève (avec brio) le défi, avec cette adaptation française d'un précédent succès anglo-saxon. Et de ces 39 marches, il n'en loupe pas une.

Ils ne sont que quatre sur la scène du Théâtre de la Bruyère mais ils débordent d'énergie et interprètent une foultitude de rôles et de drôles(1) : héros, policiers, espions, chat, chien, poule, moutons, cascade, buissons, ... n'en jetez plus !

Les voir jouer un dialogue entre deux policiers avec un seul casque de bobby anglais est un régal.

Si vous n'aviez pas encore vu un train ou le monstre du Loch Ness sur une scène de théâtre, c'est l'occasion ou jamais !

Les trois comparses d'Éric Métayer sont tous excellents et arrivent à soutenir son rythme effréné.

Heureusement, il y a un entracte. Un court entracte !(2)

On se demande sans cesse mais comment font-ils ? où vont-ils s'arrêter ? C'est épuisant !

Le côté burlesque, délirant non sense so british, ne fait cependant pas oublier l'histoire d'Hitchcock fidèlement et finement retranscrite sur scène, avec même plusieurs clins d'oeil à d'autres films(3).

On a même droit, comme dans tout bon film d'Hitchcock qui se respecte, à une apparition fugace(4) du maître es-suspens !

Un spectacle un peu dans la veine de l'inénarrable Tour du monde en 80 jours.

On est généralement plutôt difficiles en matière de théâtre humoristique et pas toujours bon public en ce genre mais là, vraiment rien à redire : fous rires garantis, sur scène comme en salle !

______________________________

(1) : le dossier de presse en annonce près de 150 dont 70 pour le seul Éric Métayer !

(2) : ha, ha ! Private joke réservé à ceusses qui ont vu la pièce !

(3) : La mort aux trousses, Les oiseaux, etc.

(4) : un caméo, pour les puristes de la langue.


Pour celles et ceux qui aiment rire.
Dasola, Amanda et Tika en parlent.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 06:30

Le théâtre de la Madeleine


C'était une Belle-Epoque.

Après le Dindon, voici la Cocotte ...

Quand Sacha Guitry écrit sa première pièce, Nono en 1905, il n'a que vingt ans.

Autant dire que ce texte de jeunesse n'a pas encore la maturité des suivants.

Nono, c'est l'histoire d'une “cocotte”, une belle jeune femme entretenue par ses différents amants.

Ou plutôt l'histoire de deux de ses amants, deux amis qui n'arrivent pas à se partager les charmes faciles et les délicieux caprices de la belle.

Nous voici donc à la fin de la Belle Époque, en pleine comédie boulevardière.

Guitry est réputé pour sa soi-disant misogynie : au-delà des bons mots et des réparties à l'humour grinçant, il est tout autant misogyne que pouvait l'être, dans un tout autre registre, Charles Bukowski. Tous deux font partie de ces hommes qui disent pis que pendre de l'autre sexe mais qui ne peuvent s'en passer une seconde. Et qui cachent le discours de leur vérité derrière une bien mince façade : la grossièreté de Bukowski ou l'humour de Guitry.

Tant la mise en scène que la conclusion de Nono ne laissent guère de doute sur qui est le personnage central de cette pièce dont le titre n'est, lui aussi, qu'une façade.

Précisément, c'est Michel Fau qui met en scène et interprète le rôle principal : celui d'un des deux amants de la belle Nono, un rôle que tint lui-même Guitry en 1910.

Le texte, on l'a dit, est encore loin des sommets qu'atteindra Guitry, on sourit de temps à autre (quand une bonne partie de la salle rit franchement) et ce n'est pas la présence de Julie Depardieu, aussi transparente et vaporeuse que ses tenues (soyons gentils, on dira que c'était son rôle, sans doute) qui apporte quelque chose.

Non, s'il faut aller voir cette Nono au théâtre de la Madeleine, c'est avant tout pour Michel Fau.

Nous ne le connaissions pas jusqu'ici mais nous nous sommes regardés à la fin de la pièce pour nous rendre compte que tous deux, nous étions restés suspendus pendant deux heures aux lèvres du bonhomme. Sa diction est très particulière (elle pourrait d'ailleurs agacer certains), un peu monocorde, presque grinçante ou criarde, proche de que nous aurait donné Devos par exemple, et ici en accord parfait avec le texte.

Il joue comme détaché de la pièce et de son personnage, interpellant le public, quelque part à mi-chemin entre son personnage et le narrateur (il est d'ailleurs également le metteur en scène), nous laissant entrevoir Sacha Guitry lui-même.

Stimulés par cette dimension et ce second degré, on ne s'ennuit pas une seconde.

On dit souvent que c'est le bon texte qui fait l'essentiel du théâtre réussi : Michel Fau nous prouve ici le contraire.

C'est vraiment savoureux et c'est pour lui qu'il fallait faire le détour.


Pour celles et ceux qui aiment les femmes.
Renaud et Luc en parlent.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 10:04

Le théâtre 13


Ah ! qu'il est bon de dire du mal ... 


Molière ? Encore ?

Et ben oui, quasiment un an jour par jour après de savoureuses Femmes savantes au Théâtre 14, voici l'Atrabilaire amoureux, alias Le Misanthrope, au Théâtre 13 ...

Passées les dix ou quinze premières minutes pendant lesquelles, comme d'habitude, il faut s'accoutumer à la versification, on redécouvre avec plaisir ce texte qui a traversé les siècles.

C'est Tristan Le Goff qui tient le rôle titre, l'aigri qui ne supporte pas les hypocrisies de ses contemporains : courbettes et risettes par devant, fiel et mesquineries par derrière.

http://carnot69.free.fr/images/coeur.gifEt puis apparait Célimène, alias Constance Carrelet(1) : magie du théâtre, la pièce décolle et emporte toute la salle avec elle(2).

http://carnot69.free.fr/images/constance carrelet.jpg

Célimène tient salon, une cour de jeunes marquis se presse autour d'elle et de ses charmes, et l'on passe son temps à dire du mal des autres : quel plaisir gratuit à débiter ainsi plein de méchancetés féroces sur les voisins !

Célimène/Constance et ses petits marquis qu'on dirait tout droit sortis d'Auteuil/Neuilly/Passy, sont tout simplement extraordinaires.

Face à Célimène, Alceste tient son rang, atrabilaire amoureux, misanthrope qui ne supporte plus ses concitoyens mais reste indéfectiblement accroché aux charmes de la belle, figure de proue de la société qu'il abhorre ! C'est aussi une histoire d'amour, façon je t'aime moi non plus.

Le texte de Molière, très respecté, est totalement dépoussiéré et, une fois sorti de sa gangue du XVII°, s'avère étonnamment moderne et contemporain ... sans doute parce que nos moeurs n'ont guère changé sur cet éternel chapitre et que le salon de Célimène, véritable langue de vipère pour ne pas dire autre chose, est tellement parisien ...

La mise en scène de Dimitri Klockenbring est résolument actuelle (mais sans modernisme affecté) et le travail réalisé sur le texte est vraiment remarquable : on dirait une matière première semblable à de l'argile, dont acteurs et metteur en scène arrivent à tirer ce à quoi on ne s'attendait pas vraiment.

Si cette petite troupe passe ou repasse, ne les manquez pas !

_______________________________

(1) : que certains avaient peut-être déjà découverte dans “Le gang des potiches”.

(2) : on applaudit même après certaines scènes sans attendre le salut final, c'est dire !


Pour celles et ceux qui aiment dire du mal des autres.

Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 07:05
Le site du Théâtre de la Tempête

Quand le dindon danse le haka.

Feydeau est une valeur sûre. Surtout quand la mise en scène arrive à dépasser le ronron boulevardier d'un XIX° très bourgeois.

Et c'est bien le cas de ce Dindon qui glougloute(1) dans la cour de la Cartoucherie au Théâtre de la Tempête sous la direction de Philippe Adrien.

Le théâtre de Feydeau et de ses portes qui claquent est inévitablement comparé à un mécanisme d'horlogerie. Et c'est bien cette mécanique, au sens propre, que Philippe Adrien a astucieusement mise en avant avec plateau qui tourne et portes qui virevoltent sur la grande scène du Théâtre de la Tempête.

Le premier acte est superbe et l'on jubile à voir les comédiens (tous excellents) s'empêtrer à qui mieux mieux dans un échafaudage de mensonges de plus en plus branlant, avec un texte revigoré (!) où sont savamment mis en avant les sous-entendus les plus osés.

Il suffit de quelques minutes et le personnage le plus truculent, le futur dindon joué par Eddie Chignara, se met à danser le haka sur scène pour charmer la belle ... son énergie et sa maîtrise sont époustouflants et toute la salle applaudit. C'est gagné. On est avec eux.

...

Malheureusement, la pièce s'alourdira ensuite avec de nouveaux personnages, de nouveaux lieux, ... le charme fragile sera bientôt rompu. Il faudra attendre les scènes finales pour que la magie revienne peu à peu. C'est bien dommage car on en vient à regretter que les efforts des acteurs et du metteur en scène ne soient finalement pas mieux servis par un texte un peu trop long.

__________________

(1) : oui le dindon ne gougoule pas (ça c'est nous) ; j'ai vérifié sur wikipédia et remplacé mon roucoule initial (oops !) par ce glougloute


Pour celles et ceux qui aiment les portes qui claquent.
C'est jusqu'au 24 octobre au Théâtre de la Tempête dans la belle enceinte de la Cartoucherie (avec navette gratuite depuis le métro Vincennes).
Publikart et Les 3 coups en parlent.
Repost 0
Published by BMR & MAM - dans Pestacle
commenter cet article

On A Tout Rangé